• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Alexis Toulet

sur Le Pen contre Moscovici 1 à 0


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Alexis Toulet Alexis Toulet 4 février 2014 17:28

Si nous étions dans une époque ordinaire plutôt que dans une crise qui va s’intensifiant, votre « piqûre de rappel » serait justifiée.


Mais la politique Bruxelles-Berlin sur laquelle Hollande a promis de s’aligner désormais complètement, plutôt qu’en renâclant, promet d’avoir chez nous les mêmes conséquences qu’en Espagne et en Italie. Pour mémoire : chômage de masse, chômage des jeunes au-delà de 40% voire 50%, récession, désindustrialisation qui empire, dette publique qui augmente encore plus vite, début d’émigration en masse de jeunes sans avenir.

Tel est notre avenir pendant les trois prochaines années, sauf événement politique extraordinaire ou nouvelle crise financière type-2008 qui rebattrait les cartes.

Une petite plaisanterie à notre sujet :
Question  : « Qu’est-ce qu’un Français ? »
Réponse  : « Un Italien... de mauvaise humeur »
Est-ce critique envers nous ? Oui. 
Est-ce faux ? Euh... pas forcément.

Les Italiens ont subi -2% de décroissance, +1 million sur le chômage, 40% chez les jeunes. Leur réaction : 20 à 25% des voix pour un parti qui veut une politique complètement différente, chez eux le Mouvement Cinq Etoiles de Bepe Grillo.

Les Français ont commencé à souffrir, mais bien moins à ce jour que les Italiens. Leur réaction ? 20 à 25% des voix pour un parti qui veut une politique complètement différente, chez nous le Front National de Marine Le Pen.

Autrement dit, nous nous préparons à réagir aux Européennes aussi durement que les Italiens, alors que nous étions bien moins « provoqués » qu’eux. Nous sommes effectivement de plus méchante humeur que nos cousins transalpins.

Quelle sera la réaction des Français si Hollande reste ferme aux ordres de ses maîtres bruxellois et berlinois... je pense qu’elle sera épique. Les réactions dans la rue et les mouvements sociaux peuvent être brisés ou contenus : on a su le faire à Madrid et à Rome. Mais les réactions avec un bulletin de vote... c’est autre chose.

Nul ne sait à quoi ressemblera l’élection présidentielle de 2017 dans une France qui aura subi ce qu’ont déjà subi Italie voire Espagne. Une chose est certaine : si Marine Le Pen est opposée au second tour à Hollande ou bien à Sarkozy, elle aura toutes ses chances.

Naturellement, d’autres scénarios sont imaginables si des forces anti-UE décidées et crédibles apparaissaient ou se renforçaient à gauche ou à droite : DLR, UPR, FG s’il devenait anti-euro et réhabilitait la Nation... L’avenir n’est pas écrit d’avance.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès