• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Jean-François Dedieu

sur Ukraine, effet Larseniuc et vieilles ficelles


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 16 mars 2014 09:58

PAS SÉRIEUX, PRESQUE DE L’INTOX !

Sans nier les points positifs de l’article, nonobstant les grossièretés qui confortent vos amalgames outranciers, sans nier que mon QI ne me permet pas de connaître « l’effet Larseniuc » et ce nommé Botul aussi bien camouflé qu’un certain Bismuth, j’aimerais bien parce que l’orthographe change tout, que, concernant l’extrait : « ... pour moi qui VIT avec une roumaine d’origine ukrainienne et qui CONNAIS bien les langues, cultures et histoires de plusieurs pays de la « sous-région... » vous précisiez si c’est « moi qui viS » et elle « qui CONNAÎT ».

Ensuite, nous serons plus à même de dire si votre connaissance de cette Europe de la Mer Noire vous autorise à oser des comparaisons hasardeuses sur la Crimée et Mayotte. D’abord, une comparaison n’est pas un argument et ne prouve rien (« Comparaison n’est pas raison. »). Ce n’est donc pas un bon point pour vous... Par ailleurs, pour ne pas reprendre la phrase attribuée à ce Destouches collabo et antisémite, je cite plutôt Paul Valéry : « L’histoire est la science des choses qui ne se répètent pas. » (Variété).

Ainsi, peut-on comparer Mayotte qui était française avec une majorité de la population voulant qu’elle le reste avec la Crimée qui est ukrainienne avec une proportion incertaine de la population qui voudrait qu’elle redevienne russe ?

Pourquoi la question de la Crimée et des populations russes (russophones, russophiles ?...) n’a-t-elle pas été posée, en temps et en heure, lors de l’indépendance de 1991 ?

Et lorsque vous osez l’outrance de « nouveau Reich » pour l’Allemagne, pourquoi n’avez-vous pas comparé la situation en Ukraine avec l’invasion des Sudètes puis l’Anschluß, annexions justifiées par la langue en commun ?  (l’Ukraine parle aussi d’invasion continentale, en plus de la Crimée).

Sous des atours plutôt sympas,  votre article tous azimuts sur l’exploitation actuelle du monde par des oligarchies s’avère péremptoire et toxique sur bien des points que je ne peux partager, en espérant ne pas être le seul.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès