• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Goldy

sur


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Goldy Goldy 1er mars 2007 16:59

Moi je pense tout l’inverse. Voir la peine de mort comme étant la peine ultime qui dissuade du passage à l’acte est trop facile.

Je vois la peine de mort comme pouvant être un facteur pouvant faciliter le passage à l’acte. Pour cela il faut comprendre qu’un passage à l’acte est similaire dans un grand nombre de cas à une destruction de soi-même vis à vis de la personne à qui ont s’en prend.

Faut bien comprendre pour ça que quelqu’un qui tue, viole, torture, n’est pas vous ni moi. De ce fait, on ne peut pas aussi facilement transposer les sentiments que nous portons vis à vis de la mort et de la destruction sur celui qui tue.

Si pour beaucoups d’entre nous, nous mettre face au dillème « mort ou prison à vie » serait un choix spontanné se portant sur la seconde solution car répondant à un réflexe de survie, la réalité, c’est que quelqu’un qui, pour une raison ou un autre, décide de commetre l’irréparable, n’est pas danc cette optique de survie.

Voir la peine de mort comme étant une peine dissuasive est un manque de réflexion profond sur les causes d’un crime, on ne tue pas par plaisir de tuer en se disant qu’on risque de rien de toute façon, sauf certain psychotiques qui de toutes façon se fiche pas mal des concéquences d’un tel geste.

J’ai par contre souvent l’impression que certain pro à la peine de mort ressentent une certaine jouissance à trouver une légitimité dans le fait de pouvoir tuer quelqu’un, et je trouve ça particulièrement malsain.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès