• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de PaulGaspais

sur Le capital du XXIe siècle : Trois siècles de transformation du capital


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

PaulGaspais 15 juin 2014 02:58

La surévaluation du patrimoine tant immobilier que financier modifie le ratio dette/actifs.
Elle nécessite de revoir l’évaluation du risque qui serait lié à un crédit.
Le risque de l’évaluation des actifs du patrimoine est aggravé par la tendance des ménages à s’endetter pour acheter un bien immobilier.
La surévaluation du patrimoine immobilier pourrait inciter l’état à une révision de la fiscalité, réduire les transactions...
Un article récent du blog A Lupus est consacré à l’évaluation de l’immobilier.
« L’immobilier de luxe ne s’est jamais aussi bien porté sur la planète » :
http://leblogalupus.com/2014/06/08/limmobilier-en-folie-limmobilier-de-luxe-ne-sest-jamais-aussi-bien-porte-sur-la-planete/ via leblogALupus
Pour calculer le taux d’inflation, l’usage, aujourd’hui, est d’utiliser :
- L’Indice des Prix à la Consommation ou IPC
- L’Indice des Prix à la Consommation Harmonisé ou IPCH.
L’inflation est actuellement jugée trop faible, avant la réunion du Comité des gouverneurs du 5 juin, Mario Draghi avait avancé que la BCE se tenait prête à combattre la déflation.
J’ai abordé les écarts de compétivité, le poids de la dévaluation compétitive avec son corollaire la baisse du coût du travail dans un article intitulé, « BCE, quelle politique monétaire ? » : http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/bce-quelle-politique-monetaire-153140
Les Banques Centrales ne ciblent pas dans leur action les actifs financiers avec les conséquences observées de la crise du crédit immobilier des subprimes.
Les banques centrales doivent-elles réagir aux prix d’actifs ? - D’un champ l’autre http://www.blog-illusio.com/article-les-banques-centrales-doivent-elles-reagir-aux-prix-d-actifs-118602689.html
L’arsenal de mesures pris par la BCE favorise la prise de risques des investisseurs qui pourraient participer à la constitution d’une bulle.
Une croissance économique réduite, conséquence de l’austérité favorise la déflation.
La faiblesse de l’économie creuse les écarts de patrimoine ;
Réinvestir une partie des revenus générés suffit à enrichir son détenteur, ce qui accroît les inégalités.
L’héritage favorise la constitution d’un haut patrimoine.
En période de déflation, la baisse des prix et des revenus voit une augmentation de la charge de l’endettement.
Après les restrictions budgétaires, la zone euro, avec un taux d’inflation inférieur à 1% est sous la menace de la déflation.
L’austérité favorise l’écart entre riches et pauvres.
Le taux d’inflation inférieur à 1% résulte de la politique d’austérité qui accentue les écarts de revenus en réduisant les services publics des administrations.
L’objectif de la Banque Centrale se situe autour de 2%.
En mai, l’Allemagne a l’inflation la plus faible en quatre ans d’après l’Office fédéral des statistiques Destatis ;
L’indice IPCH ressort à 0,6% et à 0,5 % dans la Zone Euro.
Allemagne : la faiblesse de l’inflation confirmée
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/06/13/97002-20140613FILWWW00047-allemagne-la-faiblesse-de-l-inflation-confirmee.php via Le_Figaro

 


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès