• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Fergus

sur Ukraine : L'UE prise dans le piège Américain, la France doit en sortir


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Fergus Fergus 19 août 2014 10:38

Bonjour, Gnostic et Goc.

Bien que globalement d’accord sur l’essentiel de l’article, je ne partage pas votre point de vue. La situation est en effet beaucoup plus nuancée, le tandem Obama-Otan étant au même titre que Poutine dans la manipulation des combattants d’Ukraine, qu’il s’agisse de l’armée de Kiev d’un côté, ou des séparatistes de l’autre.

Une excellente raison à cela qui, très curieusement, n’est strictement jamais évoquée par les thuriféraires béats de Poutine, et pas plus dans cet article : le président russe craint comme la peste l’adhésion de l’Ukraine à l’Union européenne dans les années à venir. D’où une action souterraine destinée à pourrir la situation dans ce pays et effaroucher les tenants européens de cette adhésion, même si elle n’a aucune chance d’être engagée rapidement, eu égard au caractère fascisant d’une partie des membres du gouvernement de Kiev.

L’intervention des Russes en Géorgie s’inscrivait également en grande partie dans cette logique, ce pays ayant clairement affiché sa volonté d’adhésion à l’UE. Voler au secours des Ossètes et des Abkhazes dépassait assez largement l’objectif de porter assistance à quelques dizaines de milliers de russophones en cassant dans l’œuf le processus d’adhésion de la Géorgie.

Outre la Géorgie et l’Ukraine, n’oublions pas que la Moldavie est elle aussi désireuse d’entrer dans l’UE. Et même si la Biélorussie n’est pas situation de postuler du fait de la présidence d’un Loukatchenko, la population de ce pays est majoritairement demandeuse d’une adhésion à l’Union Européenne.

C’est donc tout le glacis de sécurité de la Russie qui est menacé aux yeux de Poutine par ces désirs de rapprochement avec l’UE qui pourraient faire tache d’huile dans plusieurs républiques de la Fédération de Russie en cas de succès. D’où l’activité de Poutine sur le plan géopolitique afin de casser dans l’œuf ces velléités insupportables à ses yeux.

Un mot sur la Crimée. Quasiment personne dans l’Union Européenne ne conteste sérieusement le rattachement légitime de ce territoire à la Fédération de Russie. Et pour cause : très largement russophone, la Crimée était un république autonome au sein de l’Ukraine. Rien à voir avec le Donbass qui n’est qu’une province dépendante du pouvoir central de Kiev.

Cordialement.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès