• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de wesson

sur Ukraine : L'UE prise dans le piège Américain, la France doit en sortir


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

wesson wesson 19 août 2014 12:42

Bonjour Fergus,


j’avais fait une réponse plus complète qui hélas s’est perdue pendant l’édition. Je vais résumer. 

Vous êtes dans l’aveuglement Eurobéat qui vous fait considérer que on ne peut voir l’Europe que la larme à l’œil et plein d’espoir de l’intégrer. 

Et c’est ce même type d’aveuglement qui a poussé à croire que l’Ukraine voulait majoritairement ce rattachement Européen, ce qui n’as jamais été le cas comme le démontre d’ailleurs parfaitement la guerre civile qui est en cours. D’ailleurs, on s’est bien gardé de demander son avis au peuple Ukrainien, qui a gagné avec son passage Européen 40% de dévaluation de sa monnaie, 50% d’inflation, des pénuries partout, une division par 2 de l’ensemble des pensions de retraite, 1/3 des salaires en moins, plus de gaz pour cet hiver, plus de charbon non plus, et une guerre civile qui aurait produit plus de 30.000 morts et 2 millions de déplacés, avec des villes assiégés aux missiles balistiques. Un très incontestable succès Européen.

Au passage, en Ukraine comme en Géorgie les Européens (en fait les USA) se foutent totalement des peuples qui y vivent et n’avaient en particulier strictement aucun projet de développement pour ces pays, mais c’était juste une question de contrôler le pipeline qui devait y passer ou pas. Pareil pour l’Afghanistan, que les USA ont laissé tomber dès lors que le pipeline ne devait plus y passer. Et ce sera pareil pour l’Ukraine, dès que le South Stream sera construit si toutefois l’Europe n’est pas totalement suicidaire.

Non, les populations Ukrainienne ne voulaient pas majoritairement se joindre à l’EU, pas plus que celles de la Biélorussie ne le veulent. Et ce n’est certes pas en soutenant les fascisant de Kiev que cela va changer.



Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès