• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de lsga

sur CAC40 56 M€ de dividendes :+30% pour les patrons, 0% pour les travailleurs les chiffes de la lutte des classes


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

lsga lsga 17 février 2015 14:49

« La lutte est engagée d’abord par des ouvriers isolés, ensuite par les ouvriers d’une même fabrique, enfin par les ouvriers d’une même branche d’industrie, dans une même localité, contre le bourgeois qui les exploite directement. Ils ne dirigent pas seulement leurs attaques contre les rapports bourgeois de production : ils les dirigent contre les instruments de production eux-mêmes ; ils détruisent les marchandises étrangères qui leur font concurrence, brisent les machines, brûlent les fabriques et s’efforcent de reconquérir la position perdue de l’artisan du moyen age [ndlsga : cad c’est réactionnaire, Marx fait référence à la lutte des Canuts à Lyon ; qu’il oppose à celle des Tisserands allemands].

 

A ce stade, le prolétariat forme une masse disséminée à travers le pays et émiettée par la concurrence. S’il arrive que les ouvriers se soutiennent par l’action de masse, ce n’est pas encore là le résultat de leur propre union, mais de celle de la bourgeoisie qui, pour atteindre ses fins politiques propres, doit mettre en branle le prolétariat tout entier, et qui possède encore provisoirement le pouvoir de le faire. Durant cette phase [...] toute victoire remportée dans ces conditions est une victoire bourgeoise.

 

[...]Les intérêts, les conditions d’existence au sein du prolétariat, s’égalisent de plus en plus, à mesure que la machine efface toute différence dans le travail et réduit presque partout le salaire à un niveau également bas [ndlsga : ce que font les libéraux et la mondialisation aujourd’hui]. Par suite de la concurrence croissante des bourgeois entre eux et des crises commerciales qui en résultent, les salaires deviennent de plus en plus instables [ndlsga : il n’est pas dit que c’est à cause de la méchanceté des bourgeois, c’est une conséquence NATURELLE du Capitalisme] ; le perfectionnement constant et toujours plus rapide de la machine rend la condition de l’ouvrier de plus en plus précaire ; les collisions individuelles entre l’ouvrier et le bourgeois prennent de plus en plus le caractère de collisions entre deux classes. Les ouvriers commencent par former des coalitions contre les bourgeois pour la défense de leurs salaires. Ils vont jusqu’à constituer des associations permanentes pour être prêts en vue de rébellions éventuelles. Çà et là, la lutte éclate en émeute.

Parfois, les ouvriers triomphent ; mais c’est un triomphe éphémère. Le résultat véritable de leurs luttes est moins le succès immédiat que l’union grandissante des travailleurs [ndlsga : la seule chose qui intéresse le communiste] »

Karl Marx, Manifeste du Parti Communiste
 
On pourrait continuer longtemps les citations, en allant piocher dans toute l’oeuvre de Marx, Lénine, Rosa Luxemburg, etc.
 
Le rôle du Communiste est d’expliquer aux ouvriers pourquoi leurs petites luttes dispersées sont vouées à l’échec, et pourquoi il faut nécessairement faire la révolution planétaire. 
 
Vous, vous n’êtes pas communistes, vous êtes des keynésiens extrémistes, c’est à dire des staliniens.

 


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès