• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Alren

sur Le contre-sens de Najat Vallaud-Belkacem sur la réforme scolaire


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Alren Alren 13 mars 2015 16:56

@Trelawney


« Comme l’anglais est la langue internationale parlée dans tous les pays »

Ceci est évidemment une légende si l’on entend par là les gens de la rue !

Seule une très petite minorité a un niveau légèrement supérieur à « l’anglais des aéroports » et peut par exemple tenir un raisonnement argumenté dans cette langue difficile qu’est l’anglais, cette langue-macédoine de termes germaniques et franco-latins avec des prononciations inattendues.

C’est pour la bizarrerie de certaines prononciations ar rapport à l’écriture que des pédagogues anglo-saxons ont mis au point la méthode globale d’apprentissage de la lecture : la méthode syllabique butait sur trop d’exceptions. C’est pour cela que le niveau de lecture des anglophones est inférieur à âge égal à celui des enfants qui parlent le finlandais, langue en cohérence entre l’écrit et l’oral.

Le français n’est pas parfait non plus du fait de ses nombreuses finales muettes. Mais en lisant le début du mot, l’enfant francophone le reconnaît et le prononce correctement. Mais cela ne justifie pas le recours à cette catastrophe scolaire qu’est la méthode globale. (Apparemment très peu utilisée aujourd’hui).

Le nombre de personnes qui comprennent un texte écrit en anglais est plus grand dans les pays développés ou anciennement colonisés par la GB.
Dans ces derniers, elle sert de langue véhiculaire comme le français en Afrique : pour une élite seulement.

@njama

Longtemps la langue « étrangère » que les Anglais consentaient à apprendre était le latin. 
Ceci afin de ne pas apprendre le français, dans le cadre d’une rivalité séculaire entre les deux peuples maritimes. 
Ni l’allemand, nouveau rival de la fin du XIXe siècle.
Ni l’espagnol ou l’italien, langues sans importance.

Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès