• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de maidoc25

sur Erotisme et société autour du film Femmes Much Loved d'Ayouch


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

maidoc25 maidoc25 10 juin 2015 02:04

@maidoc25

LA SUITE DU HAUT A ALEX 
***********************************

C’est pour dire que nous sommes faits de chair et d’intelligence ou de consciences diverses. Cet esprit, cet ego de chacun est lui-même le résultat psychologique de perpétuelles batailles à l’intérieur la même personne. Les préceptes face aux conduites voient les enseignements et les directives morales se relâcher dans les intimités particulières ! Passons, l’homme est ainsi fait ! Je ne vous apprends rien.

A propos du film Much Loved de Ayouch, une critique sociale, ou un film de détente, quasi porno et érotique. Stades différents, qu’il n’atteint pas vraiment ! Ce film a bouleversé les opinions alors qu’il n’a même pas été projeté ! Des rushs ont arrosé le web et bouleversé les forums et la presse.

J’ai dit de M. Ayouch qu’il faut saluer sa créativité. N’ayant pas vu son récent film, mais que des extraits, je lui ai trouvé des aspects fâcheux et intrépides. Des tares prohibitives selon nos responsables. Préjugés ou défiance prophylactique ? Bien avant qu’on ne lui permette d’être projeté sur les télés, locales, il aura fait l’effet d’une catastrophe sociopolitique ! Une bombe, une publicité explosive ! Lui est-elle matériellement et professionnellement profitables,

Ainsi interdit, au lieu de lui laisser le temps de faire ses découpages des séquences hard, pour l’adapter aux plus pusillanimes, on l’a proscrit à jamais ! Interdit, il ne peut plus se raviser en vue de pénétrer les foyers non avisés et les personnes ‘’respectables’’ et pudiques ! Ces quelques séquences, entre le pornos et l’érotique, sans les être, pouvaient être ainsi évitées. Voire diluées sous les ombrages des effets techniques, afin de les passer, avec plus d’esthétique et sans trop de heurts, à travers les mailles de la pudeur, contenue ! Et d’éviter la censure ! Le message serait peut-être ainsi passé ?

Mais est-ce une œuvre de détente, un film dénonciateur politique, le produit-choc d’un cinéma-vérité, ou une salve de coucheries, ineptes pour certains ? Est-ce un bréviaire d’apprentissage pour les carabins ? Des techniques de lits explicites pour les vieux dévots ? S’attendait-il l’auteur à des spectateurs assagis, entourés de leurs familles, assis devant un film, banalisé pour la télé ? A quels desseins a-t-il fait ce film ? Coup de tête d’un artiste ? Le cinéaste, est-il devenu militant ? Voulait-il stigmatiser et narguer ses concitoyens du Maroc et ainsi les responsabiliser les dirigeants ? Quel auditoire ? Navrer et narguer les consciences pudiques, pour convaincre puis conquérir à la franchise, les plus réticents des fanas ? Là, il y est allé ! Quitte à jeter sa pellicule, en grillant les acteurs, à vie ! Ces filles, ces actrices qui voudraient d’elles demains, dans des films ‘’ normaux’’, ceux courants que l’on produit si difficilement ? A moins d’enticher les vicelards, elles verseront dans les cuisines des ‘’plats non-dits ‘’ !

Mais n’oublions pas que Nabil Ayouch, s’il a créé le choc thérapeutique, le séisme, que c’est un créateur qui ne recule point devant les tabous. Car, il n’est pas à sa première et on le sait être un explorateur des marginalisés et des bas-côtés sociaux ! Les ‘’déviants locaux’’ et ceux partout, sont si nombreux ! Ce n’est pas la ‘’marchandise’’ qui manque, mais la dextérité pour interpeler et surtout corriger la plaie, ou aider sociétés et pouvoirs à les endiguer ! Et c’est ce côté, qui bouleverse, que M. Ayouch pénètre et qu’il exhibe, avec son style, perçant, qui me le fait saluer ! Dois-je ajouter, bravo le héros pour le courage ‘’suicidaire’’, du maître ou du martyr, qui fera évoluer notre société ?

Côté jugement de son acte. Je ne veux ni généraliser ni prendre comme témoins les avis cumulés sur le Net. Il en est qui sont cristallisés, fanatiques ou extrémistes, fixistes d’un côté ou de l’autre.

Nos opinions sont modulées, formées, en fonction des maîtres à penser et de leurs enrôleurs ! L’enseignement, la culture délivrée, les lignes éditoriales de ceux qui nous informent, nous influencent et nous dirigent. C’est un fait. Je parle de l’être, de la personne et des journaux d’opinion et autres études programmées, les scolaires identitaires et de celles prodiguées, en vue d’agendas politiques. Certaines presses ne sont pas libres de commanditaires ! On le sent, on le voit. Comme autant de partis ! Avec pour toutes, ce besoin de transformer la réalité ou d’en montrer les prismes en rapport avec leurs seuls intérêts. Les dividendes qui les motivent et probablement qu’ils y croient d’abord. Ce n’est pas pour leur jeter la pierre, c’est humain, mais on doit savoir ça existe et qu’il faut se s’n méfier ou les suivre, à l’endroit ! Convictions, accointances partis-pris n’en sont pas alors très loin !

L’opinion générale est ainsi gérée, elle n’est ni spontanée ni sporadiques ! Elle est voulue, calculée et attendue. Son impact sur les lecteurs est de les motiver puis de les influencer. Politiquement pour les votes de leurs programmes et de leurs candidats. Cela suivant un dogme particulier, une ligne politique motrice, ou ‘’ un isme ‘’ quelconque ! Ça ne se fait pas du jour au lendemain. Pub, propagande, endoctrinement et prosélytisme suivent, je pense, ce schéma. Résultante de cet effort de formation-information-persuasion, la réalisation de clans. Des partis, des communautés s’érigent et s’imposent…

Ainsi va le monde depuis toujours. L’histoire est pleine de ces exemples et enseignements. Un leader, un grand Journal, un parti efficient suivent cette rhétorique et cet endoctrinement ! On retrouve par ci par là, dans l’histoire des mouvements des pays, des livres de penseurs, économistes, des philosophes et des religieux qui deviennent les leaders et les bibles de ces mouvements…Je ne veux pas les citer pour ne pas me disperser. Car après ça fait des rallonges, des paragraphes, des tiroirs, sans architecture claire du texte ! Des pensées, sans plan, qu’on ne peut pas terminer, telles nos discussions courantes. Des spéculations, des textes comme les miens, incompris et si longs …Lol !

 

VOIR SVP AU BESOIN, quelques un de mes textes à propos du film en question, Much Loved, de Nabil Ayouch, dont j’ai vu progressivement les extraits les rushs étalés sur le Web

 

‘’LE PRELAT DU WEB’’ critique qui sermonnent et donneur de leçons morale

http://www.libe.ma/%E2%80%8BLes-prelats-du-web_a62590.html

 

SIMULACRES ET TARTUFERIES de notre opinion publique, écrit antérieurement, je pense, et qui verse dans le sens de votre opinion et celle de la presse que vous rapportez

http://www.libe.ma/%E2%80%8BPlaidoyer-pour-la-liberte-de-la-culture-et-du-cinema-Simulacres-et-tartuferies-tournent-au-vertige-et-au-vinaigre_a62873.html

AYOUCH ET SES FEMMES MAL AIMEES

http://www.libe.ma/Ayouch-et-ses-femmes-si-aimees_a62693.html

AUTREMENT SUR TEL QUEL du 01 juin 2015 ? je n’ai rien posté

http://telquel.ma/2015/06/01/on-vu-much-loved-voici-ce-quon-en-pense_1449652

 

BONSOIR

DR IDRISSI MY AHMED, KENITR


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès