• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Genre parmi les genres du Benêtland, auge-colonie du GlobalState

sur L'agriculture industrielle et l'élevage concentrationnaire sont responsables de quasiment la moitié des gaz à effet de serre


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

 

Le totem bobo bobo vert le plus original, sûrement inspiré par un gallo-romain qui passait, est ReKo-KiMaTix.
 
Il annonce les temps eschatologiques des bono bobo verts, la fin du monde dans le feu final. Un foyer souterrain, caché soigneusement, est alimenté par les shamans (genre d’hypocauste), et au dessus, un caldarium représente « Du flot de ma mère ». L’eau (la mère donc), est très chargée en mauvais esprits Karbon et KiPu, et commence par dégazer des bulles sous l’effet de la chaleur (mais ça les bono bobo verts ne le savent pas) et finit par bouillonner. Les shamans rusés affirment alors que Karbon et Kipu ont tué l’eau avec leurs bulles. Le bono bobo vert mettrait la main au début il verrait que l’eau commence à chauffer avant (la courbe de CO2 SUIT la courbe de température), mais les shamans l’interdisent évidemment ! Ils ont jeté dans le bain bouillonnant un anthropologue hérétique, qui avait osé le faire (Pr. Cloud du CERN).

 

 
Le seul objectif des shamans est de justifier le tabou formel, pour les bono bobos verts, de péter : les mauvais esprits ne doivent pas sortir, comme avertit le totem, sinon l’apocalypse.
Le bono bobo vert est un peu benêt, héritage de ses ancêtres qui ont tous raté leurs examens et sont devenus hippies et dégénérescence de consanguinité (3% des bobo).
Mais durant la grande fête du potlatch (partage de l’extorsion de plus-value laissée par les Seigneurs), les bono bobo verts ont le record de goinfrerie par bobo, récompense de leurs léchages assidus d’un autre grand clan.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès