• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Joseph

sur Pourquoi nous ne sommes pas dans une démocratie selon Durkheim ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Joseph Joseph 15 février 2016 03:35

@Hervé Hum
 
ok, il y a du nouveau.
 
« Ainsi, je ne cesse d’argumenter pour dire que c’est seulement l’environnement qui permet de régler les confits entre groupes !
Mais vous, vous lisez l’inverse !!!
Pourquoi cela ? »
Je ne lis pas l’inverse, je vous dis juste depuis le début que je ne suis pas d’accord avec votre idée de supprimer la propriété. Je sais aussi que l’on a des vues communes.
 
« c’est l’environnement économique qui dicte ses règles sur l’environnement social »
En quelque sorte et depuis toujours. Lorsque l’humanité vivait de chasse et de cueillette on devait s’organiser pour être en adéquation avec ces ressources. On a donc tendance à optimiser l’environnement sociale pour obtenir ces ressources vitales (aujourd’hui qu s’obtiennent via de l’argent). Actuellement c’est vrai qu’elle le dicte de manière trop forte, on en a oublié de satisfaire nos autres besoins humains.
 
Donc là ou ne sommes plus d’accord c’est sur votre solution qui vise à supprimer la propriété. Je tente une autre approche.
 
Si l’on se dit que l’humanité doit faire face principalement à deux types de conflits. Le conflit idéologique et le conflit d’intérêt.
Le conflit idéologique tend à se régler avec une notion de tolérance.
Le conflit d’intérêt (bien plus complexe) tend à se régler avec des notion de partage et d’équité.
 
Déjà avec votre solution qui vise à supprimer la propriété économique vous ne régler qu’un seul type de conflit, et surtout vous ne le régler pas à la source (la nature humaine) mais en supprimant ce qui fait conflit. Un peu comme ceux qui veulent supprimer les religions (conflits idéologique) et les nations pour qu’il n’y ai plus de guerre. Je ne pense pas que c’est en supprimant ce qui accentue les conflits entre les individus que l’on arrêtera les conflits. L’homme est suffisamment inventif pour trouver d’autres sources de querelles. En revanche si l’on travail sur la nature humaine il y a plus de chance d’aboutir à quelque chose car nous nous attaquons à la cause primaire.
 
Si l’on part du principe que l’homme est capable du bon comme du mauvais le but est donc que l’on reçoive une éducation et des normes sociales qui nous poussent dans le bon sens et pas dans le mauvais comme actuellement (on semble d’accord aussi là dessus). En l’occurrence vers des notions qui visent à résoudre les deux types de conflits énoncés plus haut. Donc vers des notion de tolérance, de partage et d’équité. Plus globalement vers des notions qui ne favorisent pas l’émergence de violence au sein du corps sociale (impossible à développer ici).
 
Ensuite on se heurte au conflit d’intérêt lié à notre société consumériste. Là aussi je vous rejoins sur beaucoup de choses.
A ce niveau je dirais que nous sommes égaux, parce que dans les deux cas il faudrait changements et adhésion. Si votre solution vise à supprimer la propriété économique alors vous allez vous heurtez à plus de force contraires que de vouloir orienter des normes sociales. D’autant plus que comme je vous ai montré votre solution reste superficiel. Dans ce que je dis je ne dépossède personne ce qui rend les choses déjà plus faciles que votre solution et me semble s’attaquer à la source contrairement à ce que vous avancez avec cette idée de suppression de propriété.
 
Pour le reste des problèmes qui empêchent le changement et tenter d’y apporter des pistes ce sera difficile de tout développer dans un commentaire. De même que pour montrer les avantages de sortir de cette société trop orienté sur le consumérisme.
 
« Ceci est le préalable pour pouvoir aller plus loin et réfléchir au modèle devant succéder à celui existant et là, vous en avez qu’une faible idée. »
C’est possible, dites toujours.
 
Vous pouvez me contacter via mon blog pour que l’on continue en privé, inutile de pourrir les commentaires avec du hors sujet.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès