• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de M de Sourcessure

sur Son pacte avec Marguerite ne suffit pas au diable


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Gwynplaine M de Sourcessure 23 mars 2016 10:47

@JL

Au-delà de ces fréquentations sulfureuses, les affinités germano-turques ne datent pas d’hier.

Au 19ème siècle, l’Empire ottoman diminue territorialement, mais entame un processus de modernisation.

En 1898, Guillaume II y effectue une visite d’État. À Damas, il tient un discours où il assure « les 300 millions de musulmans dispersés dans le monde » du soutien de l’empereur allemand. C’est au Reich que l’Empire ottoman confie la construction du chemin de fer de Bagdad (et le droit d’exploiter les richesses minières situées sur une distance de 20 km le long de la voie) que l’Allemagne mènera seule, face à l’hostilité des autres grandes puissances qui lui refuseront tout appui financier.

En 1913, la défaite ottomane lors de la Seconde Guerre balkanique amène les Jeunes-Turcs (Parti Union et Progrès) au pouvoir. Leur volonté de relever l’empire les entraîne dans l’alliance avec l’Empire allemand.

Le 18 juin 1941, l’Allemagne nazie et la Turquie signent un traité de non-agression : le Pacte d’amitié turco-allemand (en allemand : Türkisch-Deutscher Freundschaftsvertrag, en turc : Türk-Alman Dostluk Paktı). Entré en vigueur le même jour, il durera quatre ans.

Hitler voulait voir entrer dans l’Axe la Turquie qui avait fait partie intégrante des Empires centraux et combattu aux côtés des Allemands lors de la Première Guerre mondiale. Le pacte devait durer dix ans, mais il est dissous le 24 octobre 1945, après la chute du Troisième Reich, lorsque la Turquie a rejoint l’Organisation des Nations unies.

La question aujourd’hui est de savoir qui a écrit le nouveau Faust et pour qui Marguerite s’égosille.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès