• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Ar zen

sur Nuit Debout


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Ar zen Ar zen 10 avril 2016 09:37

@eric

« Tous ces gens finissent toujours par faire où on leur dit de faire, de voter pour qui on leur dit de voter. »

Voilà, vous avez résumé toutes « les luttes ». Puisque chaque supporter d’une idéologie voudrait voir celle ci appliquée en France, qu’elles sont nombreuses, le peuple restera éternellement divisé.

N’anticipons pas, comme disait Mathusalem lorsqu’on lui parlait de la retraite des vieux. « Le grand soir », « la révolution », sont encore dans les limbes. Ce sont juste des utopies mais elles donnent de l’espoir et de très bons résultats pour l’oligarchie qui gouverne. Celle-ci sait conduire le bon peuple avec ces utopies. Il se fait mener par le bout du nez sans même sans rendre compte : « A bas le capital », « A bas le néo-libéralisme » !

Ce que refuse de prendre en considération tous les tenants d’une idéologie, quelle qu’elle soit, qui veulent la pousser sur le devant de la scène, c’est que l’oligarchie a la pouvoir et l’argent. Nous ne pouvons pas lui ôter son argent. En revanche, nous pouvons lui enlever son pouvoir. Pourquoi l’oligarchie a t-elle le pouvoir ? Celui ci est inscrit dans « notre » constitution ! Nous sommes dans une oxymorienne « démocratie représentative ». Comme le martèle Etienne Chouard : « nous élisons des maîtres ». Notre constitution, non seulement ne nous protège pas, mais, plus encore, donne la possibilité à « nos » représentant de modifier, comme bon leur semble, la constitution à travers la procédure du congrès.

Alors j’écris ici, à ceux qui veulent bien y réfléchir, que « supprimer la procédure du congrès » c’est enlever une bonne partie du pouvoir à l’oligarchie qui nous dirige. Seul le peuple souverain devrait être en mesure de modifier tout ou partie de sa constitution. Si le traité de Lisbonne a été voté, c’est uniquement grâce à la procédure du congrès. La première étape consiste donc à supprimer la procédure du congrès pour donner sa puissance au peuple, à travers une constitution qu’il pourra remanier selon le désir de sa majorité.

La deuxième étape c’est d’offrir au peuple la possibilité de se saisir de tous les sujets et de les porter au suffrage de la majorité. Il s’agit de « l’initiative populaire ». La légalisation du cannabis ? Il suffit de voter !

La troisième étape est le « référendum facultatif ». Celui ci permet au peuple d’annuler une loi qu’il juge inappropriée. Prenon l’exemple de la loi « El Khomri ». Le peuple français, muni du référendum facultatif, pourrait voter majoritairement contre cette loi. Elle serait immédiatement enterrée sans autre forme de procès.

Ces trois étapes constituent « une démocratie directe ». Le pouvoir est rendu au peuple. Comprenez bien que l’oligarchie redoute cette démocratie « directe » plus que tout puisque celle ci sert l’intérêt commun. En effet, c’est la majorité du peuple qui décide toujours du chemin qu’il veut suivre.

Mais les tenants d’une idéologie, ou d’une autre, ou bien d’une autre encore, ne sont pas prêts à accepter la loi de la majorité du peuple. Ils veulent « leur » idéologie au pouvoir. Nous arrivons donc totalement dispersés devant l’oligarchie. La procédure du congrès continue de faire ses ravages et le peuple reste dispersé, à jamais.

Il existe un parti en France, une seul, qui propose dans son programme de gouvernement de mettre en place cette « démocratie directe » à savoir de supprimer la procédure du congrès et d’instaurer dans la constitution l’initiative populaire.

Je laisse réfléchir celles et ceux qui voudraient aller un peu au delà de leur idéologie. En fait, celles et ceux qui voudraient, vraiment, lutter contre l’oligarchie au pouvoir. Celles et ceux qui voudraient défendre l’intérêt commun.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès