• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Samson

sur Extra-territorialité du droit américain


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Samson Samson 16 septembre 2016 20:22

"L’extra-territorialité du droit américain se propage à la faveur de l’abandon du droit international, de la faiblesse du régalien et de la négation de la puissance de mise en Europe."

Quand c’est Goldman Sachs qui intronise une majorité des pontes de la BC€ et des banques centrales €uropéennes, ou recycle en remerciement pour leurs « loyaux » services les ex-présidents de la Commission €uropéenne, pourquoi donc les U$A se gêneraient-ils encore ? L’extra-territorialité du droit U$ ne représente jamais que la cerise sur le gâteau de notre vassalité !

"Ainsi par conformisme
, sinon par colonialisme intellectuel, combien de sociétés françaises ont-elles sciemment introduite le loup dans leur propre bergerie ?"

Avant même d’ouvrir Twitter, Google ou Facebook, çà commence dès leur installation ou leur usage d’un système d’exploitation et d’outils réseaux brevetés Microsoft (sans même parler d’Apple), toutes entreprises soumises aux rigueurs du Patriot Act, et dont - faute d’accès au code source - on ignore même quelles fonctionnalités sont utilisées pour siphonner et envoyer vers leur maison-mère toute info commercialisable. Autant dire qu’un tel environnement logiciel ouvre tant au brevetage outre-atlantique de toute innovation ou développement technologique étudiée par n’importe quel département de recherche €uropéen qu’à l’avantage concurrentiel de disposer en toute transparence de la comptabilité, des budgets et de toute info concernant toute entreprise, association, individu ou état €uropéen ou inféodé, ...

Ok ! Linux, BSD et autres systèmes d’exploitations open-source sont eux aussi largement développés outre-atlantique, mais au moins, leur code est vérifiable et, le cas échéant, modifiable. Et si la transition vers de tels environnement logiciels demande une certaine effort d’adaptation, il reste à la portée de n’importe quel quidam ou entreprise un tant soit peu motivé par la confidentialité de ses données.
Je suggère donc de commencer sans tarder par décoloniser et libérer nos PC, serveurs, moteurs de recherche et réseaux sociaux ! smiley



Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès