• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Pépériclès

sur Du pédagogisme et de l'économisme


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Pépériclès Pépériclès 29 novembre 2016 18:56

Bien sûr. Cela prouve que la mondialisation accélère l’accumulation du capital dans les mains d’une minorité de rentiers par le jeu d’une concurrence débridée : actuellement, dans le monde, les 80 personnes les plus riches possèdent l’équivalent du patrimoine des 3,5 milliards d’habitants les plus pauvres.
Autre échec, celui de Fagor-Brandt, qui se voulait un exemple d’entreprise auto-gérée, du moins pour ses travailleurs-sociétaires espagnols. Ce groupe s’est ruiné en voulant devenir une multinationale en jouant la concurrence internationale ; il s’est replié sur ses activités en Espagne en bradant ses activités à l’étranger. Fagor-Brandt France a été racheté par un milliardaire algérien.
La solution semble la déglobalisation par la création de productions locales et des filières courtes. Les outils sont déjà en place et encouragés par certaines collectivités locales dans le monde : FabLab pour réparer ou construire des objets en imprimantes 3 D ; énergies renouvelables produites par les entreprises et les particuliers (leur développement est exponentiel) qui permettra de se passer des multinationales de l’énergie ; production en bio, agriculture raisonnée, permaculture sur des petites surfaces (plus productives que les cultures industrielles), filières de recyclage des déchets ; nouveaux statuts d’entreprises : AMAP, SCOP... L’enjeu est de créer des emplois pour répondre à nos besoins en évitant de consommer les gadgets des multinationales qui créent des besoins sans limites. Pour cela c’est à tous ceux qui travaillent et qui travailleront de reprendre en mains les techniques confisquées par une minorité de rentiers : d’où un besoin de formation ou d’éducation, comme vous voudrez.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès