• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Victor

sur Le rêve d'un gosse


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Victor 29 décembre 2016 10:34

Le cadeau de Noël consumériste (c.a.d qui s’achète sur le Marché) a non seulement pour fonction de banaliser la consommation mais c’est un fétiche, il prend signe dans le « système des objets »
 
Les Nike du petit bobo de la maternelle à Naïade Vagino Bécassine apprend que sans ce fétiche il ne peut avoir d’admiration des autres, pas de copain. Il lie (codifie) la possession marchande à l’amitié. Code existentiel dans une praxis marchande.
 
Toute la société bobo de la gogoche est ainsi, « il a la voiture il aura la femme » dit Audi. Mais pour crétin gogocho, ce n’est pas une consommation de luxe, de prestige , qui n’est évidement pas un Seigneur Capitaliste, juste une chiure grand remplacée. Alors le signe du Code bobo est plus sioux : la pub ne flatte pas le luxe du produit elle flatte le bobo lui-même (s’il achète la voiture il est social, familial, durable équitable climatik, de même s’il achète du papier cul)
 
La fétichisation de la marchandise intériorise la relation fétichiste de l’Argent dans le Code Social, pas seulement les valeurs de la hiérarchie ploutocrate bobo (la pauvreté déclasse le souchien périphérique) mais surtout instaure la praxis consumériste (telle pratique sociale demande tjrs un objet de consommation, la consommation rend libre, le free-branling des loisirs par ex) Ainsi bobo est dans une jungle d’objets dont il ne peut se passer pour se nourrir, pour exister.
 
Et ainsi toute résolution de pb social passe par une consommation nvlle, où assurance de celle ci, (le RU par ex), par le Code existentiel du Capital.
 
Et les rappeur dealer barbu meilleurs amis de ce paradigme.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès