• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de knail

sur LIBYE : Qui était Mouammar Kadhafi et pourquoi l'ont-ils tué ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

knail knail 13 janvier 17:37

Ce que cet article nous raconte, nous le savons depuis les dramatiques autant que scandaleux événements de la guerre de 2011, de cette lâche coalition occidentale s’attaquant à un pays dont la population représente tout au plus celle de la Flandre. Nous le savions, du moins nous dans les réseaux des médias alternatifs. Cette guerre en Libye a été pour moi véritablement désespérante, un déclencheur aussi. Je n’ai pas cessé d’alerter mon entourage, vainement je dois bien le reconnaître en général et même parfois avec des réactions de rejets catégoriques (la réputation de Khadafi était faite et bien ficelée depuis des années déjà), sur le dessous de ses cartes.
Toutefois, si l’on peut sans aucun doute mettre au crédit de Kadhafi la formidable évolution du niveau de vie de la population de son pays, son développement, sa modernisation, ainsi qu’une vision plus globale et généreuse pour l’Afrique, je pense que dans ces récits alternatifs manque un pan déterminant du personnage. En effet, comment comprendre qu’un tel bienfaiteur de l’Afrique, si tel était bien le cas, se soit trouvé à ce point isolé diplomatiquement, lâché, lynché pour finir, sans que grand monde ne lève le petit doigt pour le secourir, pas même en Afrique. Si l’Afrique bénéficiait si généreusement de ses largesses n’aurait elle pas réagit spontanément et avec véhémence contre ce qu’il faut bien appeler un attentat scandaleux contre un de ses membres ? Bien sûr il y eut des protestations un peu partout ’dans le monde libre’... mais bien timides en regard de la gravité des faits... Mais d’actions ?... Mais de réel soutient ?... Des propositions intéressantes certes, mais pour quel résultat... ?
Je pense pour ma part que si Kadhafi a été lâché à se point, il en est partiellement responsable aussi, cela tient selon moi en bonne part à sa personnalité, à son type de gouvernance, à sa culture. Même Chavez, plutôt un proche pourtant, se montrait prudent dans l’appréciation de la situation au départ. Que l’on songe en comparaison à la profonde sagesse et intelligence, diplomatique notamment, d’un Bachar el Assad, profondément conscient qu’il ne pouvait s’en sortir seul face à une coalition occidentale. C’est vrai aussi que l’histoire et l’expérience donc de la Syrie, multi millénaire, n’est pas celle d’un jeune pays comme la Libye. Le jeu des alliances est une donnée fondamentale que Kadhafi, très naïvement semble avoir ignoré. Il n’est en tout cas pas parvenu à les faire jouer en sa faveur.
Il ne s’agit ici en aucun cas de lui jeter la pierre, mais c’est en tout cas un thème que j’aimerais voir développé pour une meilleur compréhension de cette tragédie, finalement de tout un peuple, qui ne parvient pas à se relever de la chute de son lieder. Là aussi d’ailleurs peut être se trouve une faille à un certain modèle de gouvernance, dont la Syrie n’est d’ailleurs peut être pas si éloignée que cela.
Avis donc aux connaisseurs pour nous rédiger quelque chose de pertinent à ce propos.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès