• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de hugo BOTOPO

sur VÉRITÉS MASQUÉES et TRONQUÉES : cas 1 — CHARGES et COÛTS SALARIAUX —


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

hugo BOTOPO 17 mars 16:05

@Petit Lait
J’ai des connaissances personnelles en Suisse, sur Genève : votre analyse comparative est très incomplète et peu représentative.
Pour comparer la valeur de 1 € = 1,07 CHF donc environ 1 pour 1 ;

Récemment en Suisse, une votation/referendum a refusé de créer un SMIC à 4000 CHF  !!
Votre exemple d’un salaire net de 3000 € /CHF correspond à un salaire de misère, de pauvre pour un Suisse. Alors que pour un Français 3000 € net est déjà dans une tranche moyenne/supérieure, car 2000 € net/mois est au-dessus du salaire médian et même du salaire moyen français !

En ce qui concerne les cotisations de l’assurance personnelle (ne couvrant pas les indemnités journalières d’arrêt maladie, ni les frais dentaires) il y a une franchise de dépenses médicales à choisir dans la gamme 500/2500 CHF, par tranche de 500 CHF ; un exemple en passant d’une franchise de 2000 CHF à 1000 CHF, les cotisations augmentent de l’ordre de 1000 CHF (pour un petit salaire) !
La franchise est vite dépassée avec des prix de consultation de médecin généraliste de 200 CHF. Il vaut mieux être en bonne santé !

Les aides en Suisse concernent les très pauvres, les exclus,les chômeurs hors assurance chômage, les salaires à faible temps partiel : la misère doit être cachée, non visible dans un pays où tout le monde est « riche ».

En banlieue de Genève, trouver un studio à 1000 CHF/mois est exceptionnel et rare ! Pour un célibataire une fois le logement et les assurances payées, les déplacements doivent se faire par deux roues (mini-scooter ou mob) ou en transport en commun, et certainement pas en voiture personnelle si l’on veut manger et s’habiller en restant en Suisse. Heureusement pour les Genevois, la France voisine propose des consultations médicales et des soins dentaires à des coûts permettant de se soigner correctement lorsque l’on ne dispose que d’un salaire net de 3000 CHF ou € !! L’alimentation en France est aussi moins chère avec des parkings de superettes et supermarchés, remplis de plaques suisses. 
Les assurances suisses acceptent en général de prendre en charge (hors franchise) les dépenses de santé chez les médecins et spécialistes français (pour Genève).

Enfin je vous signale que pour des salaires faibles 3000 à 4000 CHF net/mois, l’heureux bénéficiaire Suisse paye des impôts sur le revenu, alors qu’en niveau de vie c’est à peine un SMICARD français ! Ce dernier en France étant exonéré d’impôts sur le revenu.

Alors avec la SUISSE comparaison n’est pas RAISON.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès