• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Fifi Brind_acier

sur Jean-Luc et ses drôles de dames


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 octobre 2017 19:33

@El Shogun
Bonsoir, vous posez de bonnes questions.
Pourquoi l’ article 50 ? Parce que le Droit International impose une clause de sortie. Du temps de de Gaulle, les Traités internationaux ne comportaient pas de clause de sortie.


Pourquoi 2 ans ? Ce peut être moins, beaucoup moins !
Asselineau estime qu’en 6 ou 8 mois, c’est faisable, quand on a bien préparé ses dossiers. Ce qui ne semble pas le cas de Thérésa May.
2 ans, c’est le délai maximum, après lequel, si les négociations se sortie se passent mal, le pays sortant se barre quand même.

Pourquoi des négociations ?
Parce qu’il faut régler des tas de questions techniques.
Il faut régler le sort des fonctionnaires, ambassadeurs et autres conseillers français qui bossent dans les Institutions européennes, à Bruxelles, à la BCE, et qui ne seront plus payés ; leur retrouver un boulot en France, et aussi récupérer le solde financier versé au budget de l’ UE l’année précédente.

Il faut établir de nouvelles relations économiques avec les divers pays européens, avec lesquels la France va continuer à commercer. Les questions de taxes aux importations par exemple ou les normes sanitaires que la France veut imposer aux produits importés etc.

Il faut aussi régler le sort des centaines de Traités et d’accords, signés au nom de la France, pas seulement en Europe, mais dans le monde entier. Il n’y a aucune raison de sortir des accords internationaux sur la météo ou l’aviation civile. Mais il faut sortir des Traités européens proprement dits, depuis le Traité de Rome.

Sortir de l’ OTAN est une autre procédure qui relève de l’article 13 de l’ OTAN.
Là, il faut prévenir Washington qu’on va se barrer.

Pour l’ UPR, il s’agit de divorcer proprement, sans se fâcher avec les autres pays européens, qui ne nous ont rien fait, et avec lesquels la France va continuer à avoir des relations diplomatiques, commerciales et culturelles.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès