• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Christian Labrune

sur Les animaux en terre d'islam, à travers l'exemple turc et tunisien


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Christian Labrune Christian Labrune 23 décembre 2017 13:54

la SPA de rouen en sais quelques chose sont directeur à démissionné car c’était devenu la SEP la société exterminatrice des animaux
...................................................................... ............
@Ratatouille
Les Parisiens qui aiment les chats pourront visiter le cimetière de Montmartre, au bout de l’avenue Rachel. On n’y marche pas trois minutes sans en voir au moins un. Ils y sont protégés par une association qui s’appelle « Ecole du chat libre », qu’on trouvera à cette adresse :
http://chatsduparisis.free.fr/bienvenue.php
Elle mérite bien un peu de publicité !
On trouve là toute sorte de chats, de l’espèce banale du chat de gouttière -que j’ai toujours préférée- à d’autres beaucoup plus rares. Ce qui est évidemment assez déplorable, c’est que ces malheureux ne sont évidemment pas nés dans le cimetière. Ils se seront perdus ou, pire, ils auront été lâchement abandonnés par des irresponsables.

Il y a dix ans, on voyait presque autant de chats au Père-Lachaise. Dans les chapelles funéraires abandonnées, des riverains avaient souvent installé des cartons et des bouts de couvertures pour qu’ils pussent trouver un abri, surtout l’hiver, et quelquefois même un peu de nourriture. Que s’est-il passé pour qu’ils aient ainsi disparu ?

Les chats paraissent avoir été remplacés au Père-Lachaise par des colonies de perruches vertes à collier, venues d’Afrique on ne sait trop comment, qui colonisent peu à peu les grands parcs de la région parisienne. On peut en voir désormais des dizaines, au Père-Lachaise, et aussi bien aux Buttes-Chaumont, sur le lac, du côté de la grande cascade. Le vol de ces grands oiseaux, et aussi leurs cris, assez brefs et stridents, ressemblent un peu à ceux des hirondelles. Il faut espérer que des règlements municipaux édictés par des imbécile ne finiront pas par prescrire de décimer ces populations animales des plus agréables à contempler.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès