• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Djam

sur Mai 68 : révolution ou chienlit ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Djam Djam 3 janvier 2018 10:32

@ Jacques-Robert SIMON

Excellent résumé de cette bien nommée chienlit de 68.

Comme pour 1789, dont se gargarisent à peu près tout ce qui peut se prendre pour socialiste d’aujourd’hui (faux socialistes, c’est plus précis), les révolutions populaires ne sont jamais fomentées par les peuples mais toujours par une minorité qui introduit ses agents dans le peuple et présente plus particulièrement des « têtes de pont » du mouvement.

Cohn Bendit et ses petits camarades furent de ceux-là. Comme toujours, le dindon de la farce c’est le peuple. Entité assez facile à embarquer dans une guerre qui n’est en général pas la sienne, on la place en 1ère ligne pour prendre, au choix, les balles, les bombes, le feu ou les pavés et pour payer l’addition à la sortie.

La « libération sexuelle » n’était rien d’autre qu’un plan sciemment orchestré et commencé du côté de l’empire du pire : les EU. Ceux qui aux EU décidèrent de « libérer les femmes » au nom de leur « liberté » de choix sexuel et autres farces, avaient parfaitement compris et mirent en place le moyen d’augmenter considérablement le nombre de consommateurs (devenus alors consommatrices) formatés au réflexe d’achat de toutes les inutilités qu’allait vendre la société américaine de consommation perpétuelle qui devint celle de toute l’Europe.

Fragilisée par les guerres, elles-mêmes perversement orchestrées par les oligarques de l’époque qui en vouaient déjà toujours plus, l’Europe de l’Ouest, la France en tête, devinrent ainsi les laboratoires d’une Amérique qui avait déjà projeté l’idée de s’approprier les 375 millions d’européens pour en faire des clones crétinisés de l’américain de base. Leur vendre leur merdes était l’objectif. Et l’Europe de Bruxelles advint par étapes sournoises et mortifères pour les peuples ainsi préparés.

Les femmes n’ont jamais été libérées de quoi que ce soit, bien entendu. Elles sont devenues ce que l’on constate aujourd’hui : des harpies aussi vindicatives que le furent les hommes d’après leur propre aliénation (paysans arrachés de leur terre et jetés dans les usines). Femmes objets qui aujourd’hui ne savent plus quoi faire pour qu’on ne les violente pas. Prises dans une contradiction typique de la société contemporaine qui produit des injonctions contradictoires propices à la folie, elles veulent continuer à se comporter comme des putes (vestimentairement, c’est frappant) en interdisant à tout homme d’être attiré par leur sexualité vulgairement affichée.

Aujourd’hui, au nom d’une égalité qui n’a strictement aucun sens, ces mêmes femmes exigent à présent que la politique deviennent un lieu de tendresse et de maternage pour autrui. Souvenez-vous de la stupide notion de « care » que la pauvre Aubry voulait lancer ! Des femmes qui doivent à présent supporter l’hystérie pathologique de femmens (FemHaines) dont la grossièreté et la bêtise n’ont d’égale que leur exhibitionnisme hystérique.Pas étonnant que l’une d’entre elle est tapé dans l’oeil de cette autre perturbée qu’est la Fourest.

Mai 68 fut pour la France la « révolution de couleur » ou le « printemps français » concocté par des officines étrangères dont l’objectif est toujours le même depuis son origine : transformer le monde entier en parc d’attractions débiles pour esclaves consentants, malades chroniques qui doivent produit du profit sans limite pour une poignée d’esprits malades. Le dernier « printemps français » fut le coup d’état macronien. Concocté par la finance et ses agents (Attali et ses camarades qui détestent le bignou, le coq et le saucisson...). Attali, grand évangéliste du nomadisme pour tous et qui dit des personnes enracinées qu’elles « vivent comme des radis » (sic !)

Et tout cela continuera en 2018 et longtemps après car... les peuples sont dépossédés d’eux-mêmes depuis trop longtemps pour être en mesure de se réveiller. Il y aura d’autres fausses révolutions, il y aura des échauffourées, du chaos civile un peu partout par période, le tissu social sera détruit progressivement, l’indifférenciation sera la norme partout, le multiculturalisme deviendra un mélange explosif chimiquement prêt à exploser au moindre mouvement de contestation. Internet deviendra (c’est déjà en cours !) le système de suivi et de surveillance le plus efficace et sophistiqué qu’aucun totalitarisme à l’ancienne n’a jamais eu. « Contrôler, surveiller et punir » prophétisait Foucault... on y est et c’est mai 68 qui a entériné ce totalitarisme inédit d’une violence inouïe.

Mai 68 fut la 2ème tumeur maligne de l’Europe moderne dont les tissus avaient déjà été atteint par le cancer-mère que fut 1789. Pseudo révolution qui accoucha des « lumières », c’est-à-dire en réalité de l’Ombre maléfique, celui d’où émergea l’homoncule moderne qui se prit pour Dieu. Et tout le monde sait et sent comment cela se terminera...


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès