• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Ratatouille

sur Les graves dangers d'un discours stigmatisant, agressif et « polarisé »


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

 Christian Deschamps Ratatouille 20 février 2018 17:30

@berry
nouvelle norme,nouvelle culture
Des défenseurs des animaux italiens sont sous le choc après la découverte, dans un centre pour réfugiés en Italie, de migrants clandestins préparant un barbecue de chien.

Les carabiniers italiens sont intervenus après avoir reçu un coup de téléphone d’une employée du centre qui avait été le témoin d’une scène impliquant un nigérian de 29 ans qui essayait de griller un chien dans l’enceinte de l’établissement, à Vibo Valentia, en Calabre.

Le migrant clandestin, qui avait réussi à écorcher puis découper le chien en morceaux, s’apprêtait à rôtir le canidé pour lui et ses amis lorsqu’il a été arrêté par les agents de police. La jeune femme qui a alerté les policiers est elle-même une militante de la défense des animaux.

Expliquant à la police qu’une telle pratique était « normale là d’où nous venons », le migrant a insisté sur le fait qu’il n’avait pas tué le chien mais l’avait simplement trouvé mort sur le bord de la route et avait donc décidé de le griller. Le migrant nigérian a assuré ne pas connaître l’existence de lois interdisant la consommation de chiens ou de chats.

Les migrants d’origine nigériane sont sous les feux des projecteurs depuis plusieurs semaines en Italie en raison du meurtre sauvage d’une jeune Italienne de 18 ans lors d’un rite à caractère cannibale par des clandestins nigérians (lire ici).

Le corps de Pamela Mastropietro a été retrouvé avec des parties manquantes dont son cou, son coeur et ses parties génitales. Le corps a également été désossé et lavé à l’eau de javel pour tenter de maquiller les traces d’ADN des bourreaux.

Un criminologue italien a indiqué dans la presse que ce modus operandi correspondait aux méthodes de la mafia nigériane. « Ce que nous avons vu dans le cas de Pamela sont les mêmes méthodes qu’utilise la mafia au Nigéria et ailleurs. C’est une coutume que de couper la victime en morceaux et, dans certains cas, de manger les parties du corps » a rappelé l’expert.

(Source : Breitbart)


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès