• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Christian Labrune

sur La poutre saoudienne et la paille iranienne


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Christian Labrune Christian Labrune 6 avril 2018 20:35

@Eric F
J’exècre, de fait, l’islamisme, et particulièrement l’obscurantisme de cette « réforme » concoctée par Mohammed ben Abdelwahhab à l’époque où , en France, sous le règne de Louis XV, la philosophie des Lumières était en train de repenser de fond en comble, dans une optique libérale influencée par la tradition démocratique anglaise, la question des institutions politiques.

A l’époque où les tours jumelles à New York s’effondraient, et durant bien des années encore après cela, on a pu incriminer partout au Moyen-Orient l’influence d’un terrorisme arabe d’origine wahhabite. Cela dit, mon exécration de l’islam ne se confond pas avec un racisme. Si l’Arabie saoudite renonce à un islam exécrable, se prononce comme l’a fait publiquement Mohammed ben Salman pour une harmonieuse coexistence avec toutes les autres religions, je ne vois plus aucune raison d’exécrer les Saoudiens, pas plus que je ne verrais la nécessité de chercher des poux dans la tête à nos voisins allemands dès lors qu’ils ont su en finir avec l’idéologie du IIIe Reich. Je trouve pareillement regrettable qu’après l’effondrement du mur de Berlin, on ait continué à regarder les Russes, qui avaient pourtant renoncé au totalitarisme communiste, du même oeil qu’à l’époque de la guerre froide. Si on avait tâché d’intégrer la Russie à une Europe qui allât de l’Atlantique à l’Oural, la démocrature poutinienne ne se serait peut-être pas installée.

Les situations historiques changent. Si une révolution de palais toujours possible ne balaie pas Mohammed ben Salman pour qui j’ai pour l’instant pas mal d’admiration - le bonhomme est courageux - le Moyen-Orient ne sera plus ce qu’on le voit être actuellement.

L’alliance de fait entre l’Arabie, les états du Golfe, Israël, la Jordanie et l’Egypte, ne saurait être une menace pour l’Europe. L’objectif de ces états est désormais d’entrer le plus vite possible dans la modernité, du moins pour ceux qui dépendent encore étroitement de la manne pétrolière ou pâtissent d’un sous-développement chronique. Ils sont en revanche salement menacés par un Iran qui cherche à assurer son accès à la Méditerranée et qui dispose désormais pour cela, avec le général Aoun, d’une sorte de Pétain au Liban et d’un autre en Syrie avec Bachar el-Assad. L’Iran contrôle l’Irak et rêve, en affermissant les positions des Houthis du côté d’Aden, de pouvoir un jour contrôler Bal el Mandeb. Les milices du Hezbollah, financées par l’iran et par le commerce international de la drogue, constituent actuellement la plus formidable organisation terroriste qu’on ait jamais vue sur la planète.

Selon toute logique, l’Iran va s’effondrer : le régime ne dispose plus d’aucun soutien populaire, les mosquées sont vides, et la théocratie n’y est plus qu’une sinistre farce. Il y aura quand même bientôt quarante ans que dure ce régime islamo-nazi, et ce serait rendre un immense service au peuple iranien que de l’aider à balayer les crapules qui l’oppriment. Obama, en 2009, aurait pu aider l’opposition démocratique, mais ce grand dadais préférait à cette époque-là prononcer au Caire des discours à l’eau de rose et soutenir partout les Frères musulmans qui ont immédiatement organisé les printemps arabes avec le rêve, partout, de prendre le pouvoir et de créer d’autres républiques islamiques, comme en Egypte ou en Tunisie où cela, certes, aura fini par faire long feu, mais je justesse.

Il reste qu’on n’est pas encore sorti de l’auberge : la politique européenne, parfaitement inepte, et, dont l’opinion moyenne sur ce site est le reflet très exact, est en retard d’une bonne quinzaine d’années sur le cours des choses. 


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès