• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Analis

sur Dopage, racisme : la chute de Pascal Mancini


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Analis 9 août 19:56

Les commentaires sur l’affaire Sarah Jeong sont typiques d’une certaine rhétorique victimaire qui a cours chez de nombreux blancs, qui essaie de se placer au même niveau que les groupes vraiment victimes de racisme depuis longtemps. Si ces contempteurs des minorités avaient lu tout ce qui concerne ce cas, ils auraient compris qu’il ne sert pas leur discours, au contraire. Le New York Times a précisé que :

"Ses articles et le fait qu’elle soit une jeune asiatique en ont fait la cible de harcèlement en ligne fréquent. Durant une certaine période elle a répondu à ce harcèlement en imitant la rhétorique de ses harceleurs. Elle comprend maintenant que son approche n’a fait que nourrir ces comportements enflammés que nous voyons trop souvent sur les médias sociaux. Elle le regrette, et le Times ne le tolère pas."

Donc Sarah Jeong n’est pas une raciste anti-blanche, au contraire elle a été une cible fréquente de harcèlement raciste de la part de blancs racistes stupides (pléonasme), et elle a choisi de répliquer en adoptant leur style et en le leur renvoyant dans la figure. Une forme d’ironie empreinte de colère, dirigée uniquement envers ses harceleurs, et non envers tous les blancs. Elle a compris que cette démarche était excessive et n’avait rien de constructif, nourrissant au contraire la haine qui infeste tant les réseaux sociaux, renforçant l’attitude des racistes blancs, et elle a décidé de l’abandonner.

Comme d’habitude en pareil cas, ces contempteurs s’indignent d’un comportement que le racisme des blancs qu’ils soutiennent a engendré. Souvent, des minoritaires exaspérés toute leur vie par un racisme dont ils ont souffert de la part d’une partie significative de la majorité se mettent à ressentir à leur tour des sentiments de haine à l’égard de cette majorité. C’est regrettable, mais mettre sur le même pied les deux relève de l’imposture intellectuelle. De façon intéressante, les pourfendeurs du racisme anti-blanc ou anti-français sont souvent des gens qui n’en ont rien à faire du racisme blanc. Ce qui indique clairement leur orientation idéologique. Cette stratégie a d’ailleurs émergé aux USA, où elle était le fait de racistes blancs (pudiquement dénommés conservateurs) furieux de voir que les minorités gagnaient en influence et remettaient en cause leur supériorité qu’ils pensaient de droit divin, et ont donc choisi de se dépeindre en victimes du vrai racisme (sic) afin de saper le caractère moral de l’action des anti-racistes. N’hésitant pas à utiliser les arguments les plus odieux, comme celui d’être défavorisés par rapport aux minorités parce qu’elles étaient aidées.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès