• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de velosolex

sur Lourdes et Zola le mécréant


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

velosolex velosolex 17 août 2018 13:30

@Fergus, bonjour

Intervention intéressante, car j’aime bien tiré les rallonges d’un article
C’est sûr que Zola dans la terre ne fait pas dans la demi mesure. La rencontre avec une imagerie paysanne quasi religieuse et exaltée ne pouvait être qu’explosive. Zola est vu comme un Parisien qui ne connait rien au sujet ...Il est vrai qu’il restera 15 jours dans la Beauce pour prendre des notes, avant de se lancer dans le sujet...Mais il connait tout de même l’homme, ses travers, et bien qu’outrancier, ses évocations de transmissions boiteuses, de tiers se voulant plus malins que les autres, ne sont pas quelque chose de totalement imaginaire dans le monde paysan. De même ce portrait du vieux chef de famille, ne se résignant pas à la succession, vaincu finalement par l’age...Marcel Aymé en gardera le piquant. C’est un roman, avec son parti pris, mais qui va susciter une vague d’indignation sans pareille. Cette affaire nous en dit en fait beaucoup sur l’époque, ses icônes intouchables, la terre exaltée de façon religieuse. Une vision de la France qui ne s’abîmera qu’avec les excès des dernières décennies, ses pesticides, son roundup, qui auront raison des dernières affabulations publicitaires et matoises de la FNSEA tentant d’exploiter ce vieux filon sacré, quand ils nous parleront encore de « paysan = jardinier de la France ».
Maupassant n’a pas le même objet d’analyse, il s’intéresse plus à l’anecdote, aux rapports maîtres serviteurs, dans lequel le châtelain de l’ancien régime est toujours omniprésent, devant un paysan normand malin et calculateur, quand il ne se fait pas abusé. Zola prend plus de risque. Il a l’habitude depuis le début de sa série : Ces livres sont de charges contre un certain atavisme lié à la troisième république : Clérgé, banquiers, tout le monde en prend pour son grade. Je rêve de quelqu’un qui nous refairait les rougon Macquart. On se montre souvent sévère avec lui, dénonçant sa théorie naturalisme. Outre cela c’est un grand styliste. « La faute de l’abbé Mouret, la fortune des Roungon, Pot bouille, le ventre de Paris... » Il fallait oser se lancer dans de tels tableaux, qui s’adressent à tous les sens. 

Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès