• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Renaud Bouchard

sur De l'appel au meurtre à l'appel au génocide : PLB ou le clip raciste de Nick Conrad


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Renaud Bouchard Renaud Bouchard 3 octobre 2018 13:42

@Le Panda Bonjour. !

« Si un récit ne vous donne pas l’envie de savoir ce qui s’est passé ensuite, c’est que l’auteur n’a pas écrit pour vous. »

Jorge Luis Borges

 ...Mais il arrive trop souvent (c’est moi qui rajoute) que d’autres ne jugent pas utile de penser que vous avez écrit pour être lu.

Ne désespérez pas et revenez au contraire nourrir les débats et les avis.Tenez, voici ce que j’ai écrit à Agoravox, aux « modérateurs » et aux Lecteurs, texte en attente de publication :

"Les modérateurs, vous le savez, devraient avoir tout intérêt à rendre les pages auxquelles ils s’intéressent et les articles qui retiennent leur attention et justifient leurs avis aussi vivants que possible, tout en évitant les conflits et les hors-sujets.

Un commentaire bien construit autour d’arguments solides, qui contredit intelligemment, sera rarement censuré.

Un commentateur qui s’exprime correctement et respectueusement et accepte à son tour la contradiction sera rarement banni. Bien au contraire, il sera logiquement apprécié pour sa contribution à faire avancer les idées par la critique ou l’éloge. Le sage sait reconnaître la pensée bien construite, même chez ses opposants. Le plus souvent d’ailleurs, ce n’est pas le fond qui provoque la modération ou l’exclusion, mais la forme.

Hélas ! Cette vision idyllique et raisonnée est contredite par la réalité. On « vote » négativement en considérent que le texte est "trop long« , trop »complexe« (traduisez avec le langage actuel du »ça me saoûle« , »gratte-méninges« , »pas que ça à faire"), ou pire encore (et nous entrons au coeur du problème), le sujet abordé est trop « sensible », dérange des convictions, use d’un vocabulaire et de référents inconnus, insuffisamment maîtrisés ou qui ne plaisent pas, tout simplement parce que remettant en cause ce qui est « politiquement correct » ou "trop sensible".

Faites l’expérience d’une conversation avec quelqu’un, voyez ou écoutez un débat et vous constaterez que la plupart des contradicteurs commenceront leur intervention par un « je ne suis pas d’accord », et rarement par une phrase dans laquelle ils diront à leur interlocuteur qu’effectivement l’avis qui leur est donné est intéressant et qu’il gagne à être développé.

La modération est devenue le monde du « like » ou du « dislike », sans nuance aucune.

D’où le propos qui suit.

Il me semble que le système mis en place sur Agoravox n’est pas bon.

Il fait intervenir des modérateurs qui, pour ceux dont l’attention est attirée par un sujet et par un auteur qu’ils finissent par connaître, ne donnent pas d’appréciation sur le fond mais « jugent » sur des critères qui ne sont pas sérieux :


- La longueur du texte qu’ils élimineront parce que ’« trop long à lire ». Ce peut être le cas, mais pas toujours et de toute manière il existe des textes qui méritent des développements et qui ne peuvent se contenter d’un résumé lapidaire.


- Le thème ou le sujet traités (on entre là dans la zone d’incertitude dont je viens de faire l’expérience avec un courageux anonyme « modérateur », trop content de se réfugier derrière son pseudonyme, lequel a voté en défaveur d’un article toujours proposé en attente de modération et que vous pouvez lire.

Ajoutons à cela l’attitude qui offre la possibilité aux « modérateurs » de systématiquement écarter des textes en « votant contre », même pour des articles sérieux, neutres, insusceptibles de susciter des passions ou des prises de position.

Personnellement, si un texte proposé me semble insuffisamment étayé ou argumenté, je ne l’élimine pas pour autant, me limitant à parfois suggérer respectueusement quelques améliorations ou corrections en cas d’imprécisions ou de fautes d’orthographe et de syntaxe trop gênantes, mais laissant toujours aux lecteurs la liberté de le lire et de formuler ultérieurement une appréciation ou un avis.

Il m’est souvent arrivé de découvrir fortuitement, à l’occasion de lectures de hasard, sur Agoravox précisément, des textes passionnants et très bien écrits et illustrés sur des sujets dont j’aurais vivement regretté la mise à l"écart ou à l’Index.

On comprendra donc que je suis opposé à toute censure préalable, n’ayant aucune licence ni même aucune intention d’écarter ou pire encore d’éliminer ce que je ne connais pas, ce qui m’intéresse moins, et en tout cas ce qui serait différent de ce que je peux penser ou aimer.

Je crois en effet que les lecteurs d’Agoravox ont suffisamment d’esprit, de culture, de recul, de facultés de réflexion pour faire le « tri » entre ce qui est intéressant et ce qui l’est moins (en qualité comme en sujets proposés, selon les différentes rubriques de cette tribune), et surtout de manifester et faire connaître leurs appréciations sur les documents qui leurs sont soumis ou les sujets d’intérêt ou d’actualité qu’ils privilégient.

Il s’agit là, de fait, d’une sélection qui s’opère d’elle-même et qui n’a pas besoin de pré-censure.

Quant aux comportements et propos déplacés ou hors-sujet dont font preuve certains lecteurs indélicats, grossiers, pénibles ou excessifs dans leurs propos, toujours réfugiés derrière le confortable anonymat de leurs pseudonymes, comme par hasard, leur mise au « purgatoire » de manière temporaire avec un blocage de leur intervention est un bon moyen, sans compter les réactions d’autres lecteurs qui montrent leur capacité d’inviter un opportun à modérer son ton et à surveiller son langage, précisément.

J’ajoute pour terminer que je regrette vivement de ne jamais recevoir de réponse aux questions posées directement aux services de lecture ou de modération d’Agoravox.

Conclusion :

1- Il me semble plus que nécessaire de supprimer le système des « modérateurs », lesquels constituent pour certains un inconvénient au détriment des autres. Les lecteurs qui seront heureux de découvrir et lire un texte qui aurait pu être « empêché » sur la base de critères qu’ils ne connaîtront jamais seront toujours amplement en mesure de réagir, commenter, critiquer, approuver, manifester des points de vue différents qui reflètent la richesse de leur diversité sans avoir besoin d’une « police de le pensée » qui réagit la plupart du temps sur le mode « like » ou « dislike », ce qui est un peu sommaire, vous en conviendrez.

Il existe un directeur de publication qui engage sa responsabilité pénale pour ce site et ce qu’il publie, responsabilité qui pèse aussi sur les contributeurs rédacteurs, et cela suffit amplement.

2- Je vous remercie d’avoir eu l’obligeance de me lire. Tout en souhaitant que vous puissiez tenir utilement compte de mes remarques dont j’espère que les lecteurs d’Agoravox pourront prendre connaissance, il me serait agréable que vous puissiez enfin publier mon article actuellement en suspens, lequel est solide, documenté, rigoureux, intéressant et très bien rédigé, comme vous pourrez le constater en le lisant - (mais peut-être serez-vous d’un tout autre avis, ce que j’accueillerai volontiers, sachez- le, et en vous référant à mes précédentes contributions.

J’adresse mes salutations les plus cordiales aux modérateurs qui sauront, je l’espère, accepter que ce texte qu’ils liront (mon autre texte refusé, à nouveau proposé et en attente depuis le 1er octobre a finalement été publié ce jour) vienne sans encombre et de la manière la plus fluide qui soit au grand jour sur la tribune d’Agoravox afin que chaque lecteur puisse s’exprimer et faire connaître à son tour son avis."


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès