• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Étirév

sur Et la neige sur Liège, pour neiger, met des gants...


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Étirév 10 octobre 2018 05:15

Brel, Liège et la Meuse
« Et puis, on aime aussi ce texte empreint de poésie : Il neige sur Liège.  »

Liège, dont le nom ancien est Lüttich, a été appelée la Ville ardente. Ce surnom semble indiquer qu’elle fut le berceau à Arduina, la grande Déesse celtique qui donna son nom à une région de la Gaule-Belgique : la forêt des Ardennes, formant la région nord de Médiomatrice. De Lüttich on a fait Lutèce. Mediomatrici, peuple de la Belgique, au sud des Trévires, aujourd’hui partie de la Lorraine et de l’Alsace. Départements de la Moselle, de la Meuse et du Bas-Rhin.
« Et la Meuse devient « croissant noir » sur le « front d’un clown blanc  »
Il est a remarquer que la Meuse s’appela d’abord Hélium. Dans le pays des Atlantes qu’on appela les Champs Elysées, le séjour des Muses (les savantes) s’appelait Hélicon. Le pays, Hel-land, avait donné son nom au fleuve qui le traversait ; on l’appelait Hélium. « Junon et Minerve étaient surnommées hélotes, qui veut dire surveillantes du Hel  », dit de Grave.
Helléniste vient de Hélium, qui veut dire Hel-Land. Hel ou Hal a toujours servi à désigner un paradis (Wal-Halla, devenu Waux-Hal, jardin délicieux).
Aussi, le fleuve appelé d’abord Hélium finit par s’appeler du nom même des Déesses qui vivaient sur ses bord, les Muses. Et c’est ainsi que dans la géographie ancienne la Meuse s’appelle Mosa.
Si Mosa signifie Muse, Moselle n’est-elle pas le nom d’une petite Muse ?
Et nous voilà bien près de Da-moiselle, qui fut un titre de noblesse.
« Les femmes se préoccupent des hommes toute la journée, alors que l’homme ne s’en préoccupe que dans la marge de ses appétits. » (J. Brel)
M. Brel ne se trompait pas : la femme, Pauvre créature, née pour aimer et toujours empêchée de remplir cette fonction sainte ! Vouée par ce monde corrompu, aveugle, à une existence tourmentée, cherchant toujours ce bonheur promis et légitime, et n’y arrivant jamais. Etrangère, comme égarée, dans un monde indigne d’elle, qui a commencé par la méconnaître ou par en abuser, et qui ne cherche plus de satisfactions, aujourd’hui, que dans la licence dégradante, le luxe ridicule, l’ambition absurde ou la domination féroce.
Livres...

Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès