• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de machin

sur Gilets Jaunes : quand les représentants de syndicats de police lâchent la proie pour l'ombre


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

machin 10 janvier 06:13

Suis-je l’avocat du diable ?

Dans toutes les vidéos qu’il est possible de voir, l’objectivité oblige à constater qu’il y a réellement une minorité de voyous qui prennent plaisir à la violence parmi les forces de l’ordre.

Le souci, c’est que ces voyous sont des sadiques, des tarés, et que bien souvent la violence est infiniment contagieuse dans un phénomène de masse.

Elle s’autoalimente comme un incendie.

Le problème c’est la lâcheté ambiante qui neutralise toute velléité de bloquer, de stopper, d’arrêter le déviant ou le cinglé. 

C’est ainsi, en ne faisant rien, que les collègues du CRS aliéné deviennent le problème. 

Sans lâcheté , la violence ne peut exister.

Ce dans une rame de métro comme dans une manif.

Pour les robocops, il n’est pas simple de vivre, travailler, ou agir en groupe, le moindre incident peut remettre en cause votre acceptation ou votre statut dans la meute. La complicité passive devient la règle de survie. Si tu n’es pas content, retourne au chômage. C’est le chantage universel de notre siècle. 

              
Lorsque l’on constate, dans nos forces de l’ordre, que ce sont les plus violents qui progressent en grade, que le sadisme est sanctifié par la Légion d’honneur, la peur des sanctions se justifie pleinement, dans un corps de police...

On laisse faire.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès