• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de SEPH

sur SYRIE - Guerre et Paix - Partie II : La fin de DAESH, les véritables vainqueurs


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

SEPH SEPH 17 février 15:57

@baldis30

merci pour votre commentaire. Voici au sujet de l’éducation en Iran quelques informations :
L’enseignement en Iran est centralisé et divisé en enseignement de la maternelle à la 12e année et en enseignement supérieur. L’éducation de la maternelle à la 12e année est supervisée par le ministère de l’Éducation et l’enseignement supérieur sous la supervision du ministère de la Science et de la Technologie et du ministère de la Santé et de la Formation médicale (Iran). En septembre 2015, 93% de la population adulte iranienne était alphabète .

En 2008, 85% de la population adulte iranienne étaient alphabétisés, ce qui est nettement supérieur à la moyenne régionale de 62%. Ce taux atteint 97% chez les jeunes adultes (âgés de 15 à 24 ans) sans différence de genre. [1]

En 2007, l’Iran avait un ratio étudiants / population active de 10,2%, se situant parmi les pays ayant le ratio le plus élevé au monde. [**]

L’école primaire (Dabestân) commence à l’âge de 6 ans pour une durée de 6 ans. Le collège, également connu sous le nom de 3 premières années du Dabirestân (Dabirestân ), va de la septième à la neuvième année.
Le lycée (Dabirestân), pour lequel les trois dernières années n’est pas obligatoire, est réparti en cours théorique, professionnel / technique et manuel, chaque programme ayant ses propres spécialités. Pour entrer dans l’enseignement supérieur, il faut être titulaire d’un diplôme d’études secondaires et enfin réussir l’examen national d’entrée à l’université (Konkur), qui est l’équivalent du baccalauréat français.

Les universités, les instituts de technologie, les écoles de médecine et les collèges communautaires dispensent l’enseignement supérieur. L’enseignement supérieur est sanctionné par différents niveaux de diplômes : Fogh-e-Diplom ou Kārdāni après 2 ans d’enseignement supérieur, Kārshenāsi (également connu sous le nom de « licence ») est délivré après 4 ans d’études supérieures (Bachelor). Kārshenāsi-ye Arshad est délivré après deux années d’études supplémentaires (maîtrise).




[**] : La Corée du Sud – qui compte 3,2 millions d’étudiants – est le pays où ce ratio est le plus élevé : 26 %. Six autres pays ont un ratio supérieur à 10 % : la Pologne (12,7 %), la Russie (12,5 %), la Finlande (11,5 %), Israël (11,3 %), la Turquie (10,6 %) et l’Iran (10,2 %). En France, le nombre d’étudiants est passé de 2,03 à 2,18 millions entre 2002 et 2007 (7 % de croissance), soit 7,7 % de la population active.



Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès