• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Paracétamol

sur Les « gilets jaunes » face à l'antisémitisme - Contre l'intolérance et le racisme


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Chantecler Paracétamol 18 février 15:26

L’« antisémitisme » est devenu la formule magique qui permet de clouer au pilori un contradicteur quand on n’a plus d’argument.

Déjà, les conservateurs anglais avaient essayé de piéger Corbyn avec ça pour le neutraliser à propos du Brexit.

La semaine dernière, répondant à la question d’une rédactrice du magazine « The Forrward », Mme Batya Ungar-Sargon, qui lui demandait de préciser une de ses déclarations à propos de la Palestine en disant clairement qui, selon elle, payait des politiciens américains, Ilhan Omar a répondu par un seul mot, « AIPAC », c’est-à-dire l’« American Israel Public Affairs Committee », en français « Comité Américain aux Affaires Publiques Israëliennes ». Ce groupe de pression déclare sur son site web qu’il « défend les politiques pro-israéliennes auprès du Congrès et du pouvoir exécutif des États-Unis ». Comme tout lobby, ce comité collecte des fonds et les utilise pour influencer les politiciens, ce qui sous d’autres cieux s’appelle de la « corruption ».

Aussitôt, bien entendu, Mme Ungar-Sargon a qualifié son interlocutrice d ’« antisémite » en l’accusant de colporter des rumeurs sur des complots juifs. 

En France, pas besoin d’être député pour provoquer la levée de boucliers.

Même si ça ne marche pas, ça fait de la copie et ça donne bonne conscience.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès