• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Renaud Bouchard

sur République Benallière : les « Kaïra » de l'Elysée. Dans l'Affaire Benalla, on demande…le Président, empêtré dans les arcanes de la Politique


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Renaud Bouchard Renaud Bouchard 25 février 21:12

Aux Lecteurs :

Voici très probablement une « erreur » qui n’a rien du « dysfonctionnement » qui sert habituellement d’explication bien commode pour justifier l’injustifiable.

MM. Benalla et Crase se sont donc entretenus durant près d’une heure...

Il est manifeste que ces deux comparses n’ont que faire des mesures de contrôle et d’interdictions judiciaires.

Leur passage en détention ne serait-elle qu’une « péripétie obligée », dans l’attente d’une accalmie qui débouchera in fine sur une relaxe ou, à minima, une peine avec sursis qui couvrira la détention provisoire ?

Les lecteurs doivent en effet savoir que ce type d’incident , déjà qualifié de « bourde », ne se produit jamais.

On imagine facilement la suite comme le sérieux de l’audition des deux intéressés qui auront donc mis leurs versions d’équerre après s’être amplement concertés à base de « tu dis ça ; je dis ça, si on te pose cette question, tu diras que etc. »

Nous sommes, avec ce type de défaillance, réellement entrés dans le fonctionnement d’une Benalla Republic.

On imagine naturellement que l’enquête qui aura pour objet d’examiner la chaîne de causalité et les responsabilités dans ce grave manquement procédural ne donnera rien. Comme d’habitude.

https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/comment-benalla-et-crase-ont-pu-se-parler-plus-d-une-heure-au-palais-de-justice-7797043103

"En raison d’un mail qui n’aurait pas été envoyé à l’escorte policière chargée d’encadrer Alexandre Benalla et Vincent Crase lors de leur passage au TGI de Paris, les deux amis auraient pu échanger à loisir, violant à nouveau leur contrôle judiciaire.

Selon une information de RTL, Alexandre Benalla et son ancien acolyte chez La République en marche (LREM), Vincent Crase, se seraient trouvés ensemble dans un même box pendant plus d’une heure au Tribunal de grande instance de Paris à la suite d’un « cafouillage » le 19 février. Les deux compères étaient placés en détention provisoire pour violation de leur contrôle judiciaire. Les faits remontaient à juillet, lorsqu’il s’étaient déjà rencontrés sans être autorisés à le faire, après les révélations du Monde sur les violences du 1er Mai.

Ironie du sort, à cause d’une mauvaise transmission de l’information, c’est précisément ce qui serait survenu à nouveau le 19 février aux alentours de 14h dans le rutilant TGI de Paris. Placés ensemble dans un box au 9e étage du bâtiment, en l’attente de la décision du juge des libertés sur leur départ en prison éventuel, ils auraient eu plus d’une heure entière sans interdiction de discuter, selon l’information de RTL. Une source proche du dossier, citée par la radio a qualifié la situation d’« ubuesque ». Interrogé par RTL, le tribunal s’est refusé à tout commentaire.

A l’origine de cet incident, un mail devant transmettre les consignes des magistrats aux escortes policières n’aurait pas été envoyé. Leur interdiction de se parler ne leur ayant pas été notifiée, Alexandre Benalla et Vincent Crase se seraient donc mis à discuter. Les magistrats se seraient aperçu de la méprise aux alentours de 15h et les deux individus auraient alors été menottés et séparés comme ils auraient dû l’être initialement. Ils ont ensuite été emmenés en détention après la décision du juge des libertés."

Source : https://francais.rt.com/france/59463-bourde-tgi-mis-dans-box-commun-benalla-crase-echangent-pendant-une-heure


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès