• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Ouallonsnous ?

sur Notre-Dame de Paris : la flèche ne sera pas remplacée par une pyramide !


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Ouallonsnous ? 18 juin 01:31

@Ouallonsnous ?

Suite de mon post :

2/ Après l’« accident » métaphysique, deuxième hypothèse : l’accident laïc. Ou l’accident tout court. Il a été présenté d’emblée sans enquête approfondie et pourtant de manière péremptoire par les Autorités comme la version privilégiée. D’où le fait qu’on ait entendu un très autoritaire ’version à privilégier’, alors même qu’elle a été décrite comme improbable par un expert. Et il s’avère qu’un tel évènement arrangeait parfaitement les desseins d’Emmanuel Macron. Persuadé du caractère inéluctable de l’échec de son allocution, parce qu’il sait que cette affaire des Gilets jaunes a peu de chances de s’arrêter tant ces gueux veulent sa démission, que la répression n’a pas eu l’effet escompté, bien au contraire le mouvement s’est radicalisé et ils ne lâcheront rien, qu’il n’en est pas à exclure la dissolution de l’Assemblée mais l’hypothèse s’exclut d’elle-même à proximité des Européennes, et au fur et à mesure que l’on s’approche de l’heure fatidique, puisqu’il a été capable de l’idée géniale du Grand Débat il aimerait se donner encore un peu de temps pour en trouver une autre et tester ses décisions sur les journalistes et les commentateurs politiques, ce qu’il n’a pas pu faire parce que ces affidés, eux, veulent une allocution solennelle et des surprises à la hauteur du génie de leur demi-dieu. Et c’est alors que l’évènement inespéré survient.

On appelle cela une coïncidence ou de la synchronicité (Ce n’est pas de la métaphysique mais on n’en est pas très éloigné, car ça tient souvent du petit miracle vu le haut degré d’improbabilité. On parle aussi de providence en théologie).

Emmanuel Macron était dans une panade sans issue apparente, et, miracle, une heure avant la diffusion de l’enregistrement de son allocution le feu démarre de la manière la plus inopinée et inimaginable qui soit dans les combles de la cathédrale, créant un immense brasier traumatisant l’édifice et les esprits du monde entier. Les travaux de rénovation en cours ne semblent pas pouvoir être suspectés puisque les ouvriers n’en étaient encore qu’au stade du montage de l’échafaudage, et qu’on ne met pas le feu à une poutre en chêne avec un mégot de cigarette jeté sur elle par inadvertance, et cela d’autant moins que les ouvriers étaient sur le toit et non dessous. Avec la récente restauration du système électrique, le haut niveau de sécurité incendie et la présence en permanence, 24h/24, de deux agents, l’ancien architecte en chef de Notre-Dame, Benjamin Mouton ne comprend pas ce qui a bien pu se passer. Un autre expert, anonyme, convoqué par un média européo-israélien voulant souffler sur les braises, ne peut concevoir qu’ « une forte charge calorifique » au départ du feu. Tandis que la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem subissait un début d’incendie au même moment qu’à Notre Dame, venant accréditer l’hypothèse d’une synchronicité mondiale. Se trouverait-elle confirmée par la coïncidence survenue sur le plateau de ’N’oubliez pas les paroles’ de Nagui, où, à la même heure, une des candidates choisit de chanter la célèbre chanson « Belle », tirée de la comédie musicale « Notre Dame de Paris », et enchaina par la chanson : « Allumez le feu » !

Pour qu’il s’agisse bien d’une coïncidence, il faut une synchronicité de très haut niveau, d’une improbabilité quasi-absolue, le vrai miracle en somme. Et ça existe. N’est-ce pas Emmanuel (pas notre Président, Son fils ! [Non, pas à Macron ! A Dieu ! Y’a un ’s’ majuscule tout de même ! Et notre président lui n’est pas roi, il est juste Jupiter. Et il n’a pas d’enfants... Enfin peut-être... mais bon, ne compliquons pas les choses s’il vous plait, la situation, déjà, n’est pas des plus simples]) ? Et ne me demandez pas de vous décrire le scénario, la succession de tous les improbables évènements pourtant bien réels s’articulant dans une telle hypothèse, et menant au premier feu précédant l’incendie, je n’ai pas assez d’imagination.

3/ Troisième hypothèse : l’attentat. N’en déplaise à Madame Loiseau, celui-ci est une hypothèse recevable. Cette ancienne ministre amnésique, oublieuse de son passé d’extrême-droite, et tête de liste LREM aux Européennes boutée d’Orléans par les Gilets jaunes, a jugé que Nicolas Dupont-Aignan méritait « deux claques » pour le seul fait d’avoir questionner la cause de l’incendie. Pas un simple rappel à la Raison, non, pas un procès éventuellement, pas une claque : deux ! Pour le seul motif d’avoir mis en doute la conviction du Procureur de la République et de notre extralucide Castaner privilégiant l’accident. Et il n’évoquait même pas l’hypothèse d’un complot !

Or non seulement l’attentat ne peut être écarté d’un revers de main, mais on peut même considérer comme une faute morale, politique, et même philosophique le fait d’exclure l’action d’un déséquilibré, autrement dit l’attentat pathologique, source potentielle par ailleurs de coïncidences en raison du caractère profondément irrationnel de la folie. A New-York le mercredi 17 avril par exemple, soit deux jours plus tard, l’homme arrêté à la cathédrale avec de l’essence a bien « été hospitalisé pour évaluation psychiatrique  ».

Concernant l’hypothèse d’un attentat politique, on observe qu’à cette heure il n’y a eu aucune revendication, ce qui tendrait à écarter cette hypothèse. Même Daech n’a pas revendiqué l’incendie quand, dans le passé récent, l’organisation s’emparait en général de tout évènement dramatique ou à forte portée symbolique.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès