• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de sweach

sur Le fantasme autour de la création monétaire : 2ème partie


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

sweach 26 juin 17:28

@Paul Jael
Merci à Sylvain qui confirme mon interrogation.

*où l’emprunteur va chercher les 5 euros de l’intérêt*
Vous répondez à cette question par un nouveau prêt smiley, donc le taux de 93% de monnaie scripturale ne peu que croître indéfiniment sans jamais rien rembourser autre que pas un nouveau prêt.

La money est l’outil qui sert à faire nos échanges, mais je ne suis pas de votre avis quand vous dite : « suffisamment de monnaie qui circule et c’est le cas »

Si vous avez un gâteau avec 6 parts pour 6 personnes, chaque part ont la même valeur, mais si vous rajoutez une personne la parts de gâteau prend de la valeur

Notre création de money n’est pas un modèle stable viable dans le temps, car les intérêt d’emprunt sont sur un model exponentiel (même si les taux chute), là où nos besoin de money sont plutôt linéaire.
Si demain tout le monde rembourse sa dette, l’argent prend de la valeur et inversement si tout le monde emprunte l’argent à moins de valeur.

Puis la notion du temps est un peu oublié dans cette équation

En l’état actuel des choses, les taux d’intérêt bancaire ne peuvent que chuter et la dette grossir ce qui ralentie inexorablement tout développement.
Exemple : une maison dans les année 80 coûtait 75 000 euros ; un couple médian avait 2300 euros de revenu, 20 ans plus tard ce couple avait payé 140 000 euros au total mais la valeur de la maison et leur revenu avait suivi le coût du crédit.

Aujourd’hui la même maison c’est 300 000 euros ; un couple médian à 3600 euros, 20 ans plus tard le couple aura payé 370 000 euros, mais la valeur de la maison n’aura pas suivi, ni les revenus.

Le system actuel ne permet plus d’avoir d’inflation, l’argent gagne de la valeur et les échanges sont de plus en plus difficile (toujours plus endetté), en gros ce qu’on fait aujourd’hui à plus de valeur que ce qu’on fera demain et moins que ce qu’on à déjà fait hier.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès