• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Surya

sur La mise à mort légale de Monsieur Lambert se poursuit tranquillement...


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Surya Surya 10 juillet 18:52

@Gasty,
@ZenZoe bonjour

Vous ne m’en voudrez pas de faire une réponse commune et synthétique pour tous les deux.

« Il n’a pas exprimé le souhait de subir une euthanasie mais a-t-il exprimé le souhait qu’on le maintienne à l’état végétatif ?  » Gasty

« Son épouse a notamment indiqué qu’une telle décision était conforme au souhait de son mari (ce souhait sera confirmé plus tard à la barre par de nombreux amis et collègues de travail appelés à témoigner)  » ZenZoe 

Bon, mettez vous d’accord tous les deux. Sait-on, ou ne sait-on pas ce qu’il aurait voulu ? Personnellement, ce que j’ai entendu (de par la bouche des media, je ne sais pas le degré de véracité) c’est que l’épouse ne savait pas, mais elle pensait que SI son mari avait exprimé le souhait, alors il AURAIT etc etc. 

Il est de toute façon très difficile de prendre une décision quant à la vie ou la mort d’une personne en l’absence d’instructions écrites. Si son mari avait oralement exprimé le souhait de ne pas être maintenu dans un état végétatif au cas où ça devrait lui arriver, alors son épouse aurait dû lui demander une confirmation écrite, parce que sinon c’est la parole de l’un contre la parole de l’autre.

« ce souhait sera confirmé plus tard à la barre par de nombreux amis et collègues de travail appelés à témoigner » ZenZoe
Déjà, cela signifie donc qu’il en avait parlé à tout le monde ? De plus, les amis et collègues devraient être tenus à l’écart de ce genre de choses. Depuis quand on demande à des gens qui ne font pas partie de la famille d’une personne de trancher sur sa vie ou sa mort ?? Pourquoi pas aussi les voisins, les commerçants du quartier... ?

S’il était infirmier, alors il est étonnant, pour une personne qui vivait dans le milieu médical et qui peut-être même côtoyait la mort dans l’exercice de son métier, qu’il n’ai laissé aucune instruction écrite. En plus, il devait connaître les procédures légales... et sa mère, puisque tout le monde s’accorde visiblement à la considérer comme un monstre.

« D’ailleurs, Viviane Lambert a fait une remarque très curieuse un jour : ’si mon fils avait laissé des directives écrites, je ne les aurais pas contestées  » ZenZoe
Comme quoi elle n’est pas aussi intégriste qu’on essaye de nous le faire croire...

C’est pour toutes ces raisons qu’il me semble qu’en l’absence d’instructions écrites claires et nettes, c’est toujours la vie qui devrait être choisie, du moins si la personne ne souffre pas physiquement. 

Je ne suis pas contre le principe de l’euthanasie sans accord, mais alors seulement si la personne n’est plus en état de donner ses instructions, ET (et ce « et » est pour moi très important) souffre physiquement. 

C’est beaucoup trop grave, on ne peut pas décider comme ça de faire mourir quelqu’un sans être à 100% certain que la personne le voulait. Et ce n’est pas du tout ce qui est en train de se passer. Et cette certitude ne peut venir que d’instructions écrites. On peut aussi, si on ne sait pas soi même ce qu’on veut, donner des instructions écrites pour dire que la famille alors choisira ce qui lui semble être le mieux. C’est une autre option. 

C’est vrai que donner la mort à une personne parce que sa « qualité de vie est devenue trop médiocre » est ahurissant.

« Ne devrait-il pas être mort depuis bien longtemps déjà. » Gasty

Hein ????
S’il avait été laissé sans soins, sans doute il serait mort, mais alors dans ce cas pourquoi donner des soins à une personne atteinte d’un cancer ? Votre réflexion me fait méchamment penser à ce que croient certaines personnes très religieuses, qui pensent qu’en cas de maladie c’est Dieu qui décide, et donc pourquoi se soigner ? Si Dieu veut que vous mourriez, il faut l’accepter. Vous dites exactement la même chose, mais sans citer Dieu. Le pire, c’est que je suis sûre que vous vous placez du côté des personnes non croyantes. Comme quoi la religion et ses croyances ou principes est bien plus ancrée dans le crâne des gens qu’ils veulent bien l’admettre.

« Parler de mise à mort et accuser d’assassins, de bourreaux ceux qui l’on aidé jusqu’à présent et jusqu’au bout du raisonnable, ça m’indispose énormément. » Gasty
Je n’ai jamais traité qui que ce soit de bourreau ou d’assassin, donc je suppose que la remarque ne l’était pas destinée.
Maintenant, je ne cache pas mon opinion sur le fait qu’en effet, il coûte moins cher à la société et à la sécu de faire mourir quelqu’un jugé inutile plutôt que le laisser en vie...


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès