• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Hervé Hum

sur Un défi d'Humains. Jeter 10 000 ans de Servitudes de l'homme


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Hervé Hum Hervé Hum 22 juillet 2019 10:54

@ddacoudre

Libre à vous de vous voiler la face !

Mais vous confondez beaucoup trop les concepts.

Par exemple, la création d’outil ne consiste pas à faire moins ou plus d’effort, mais pour accroître sa capacité à maîtriser et dominer son environnement. Où donc, plus les outils sont efficaces et effectivement demandent sinon moins d’efforts, surtout moins de temps, plus la domination devient forte. Mais le but est la maîtrise de son environnement où la notion de moindre effort en découle, mais n’est pas le moteur de la création d’outil.

Ensuite, vous confondez le principe de la prédation et les différentes manières quelle peut prendre. Confusion d’ailleurs soutenu par l’académie française, afin de faire croire que l’humain n’agit pas en tant que prédateur de son environnement et surtout, à l’intérieur même de son espèce.

Ainsi, la définition de la prédation est « mode de subsistance du prédateur » et la définition de prédateur est « qui se nourrit de proies »

Or, cette définition ne spécifie pas le mode pour se nourrir de sa proie, qui n’est qu’un sens réduit et non pas général. Il ne dit pas non plus que la proie doit être dévoré telle quelle, plutôt que d’être soumise pour la faire travailler à son profit et qui consiste toujours à dévorer sa proie, mais pas de manière immédiate, mais sur le long terme. Ici, ce n’est pas la définition de la prédation qui change, mais la manière d’exercer la prédation, manger sa proie lentement en dévorant non pas son corps physique d’un seul coup pour un profit certes immédiat, mais restreint, alors qu’exploiter sa proie en la faisant travailler, consiste toujours à dévorer sa proie, mais de manière très lente et infiniment plus productif.

Vous, vous dites que le mot est inapproprié est prenez le mot « soumettre », mais vous oubliez que cette soumission, consiste précisément à faire travailler celui-ci au profit exclusif de l’exploiteur. qui encore une fois, dévore bel et bien son temps de vie et donc son corps physique où seule la manière change pour une efficacité incommensurablement plus grande. Enfin, le prédateur animal comme le lion, doit, comme tout acte de prédation, d’abord soumettre sa proie en l’attrapant et en l’immobilisant, puis finir de la soumettre en la tuant pour enfin pouvoir la manger. C’est exactement ce que fait le prédateur humain pour dominer la société !

L’humain est un super prédateur qui exerce sa prédation sur tout le monde animal, mais SURTOUT, sur ses propres congénères n’ayant pas une nature prédatrice. Sauf que l’utilisation de ce mot est évidemment trop évocateur et la manipulation des cogito se faisant par la confusion, il s’agit ici de faire une distinction qui n’a pas lieu afin de faire croire que le système actuel n’est pas fait par et pour le prédateur humain au dépend des autres natures d’êtres, non prédatrice, c’est à dire, voulant un système fondé sur l’équité de l’échange et non sur sa prédation via l’impôt et la propriété privé.

Pour l’auto exploitation, je n’ai pas écris que c’était général, c’est vous qui le pensez. La plupart des peuples chasseurs cueilleurs ne s’exploitent pas eux même et refusent d’êtres exploités, mais ce n’est pas le cas de la société capitaliste, tout simplement parce que la propriété pousse la plupart des gens à s’auto exploiter en raison d’une compétition tant extérieure, qu’intérieure à la communauté.D’ailleurs, ceux qui ne veulent pas d’un système fondé sur la sur-exploitation qu’est par définition le capitalisme, ne pensent pas la société en terme de propriété, mais de responsabilité et placent la coopération avant la compétition. Enfin, il ne s’agit pas de supprimer la compétition, c’est impossible, mais de la faire passer après la coopération et non l’inverse comme avec le système actuel fait exclusviement pour le prédateur.

Pour finir, on peut écrire que la construction d’édifices religieux consiste à se faciliter la vie, toutefois, il s’agit surtout pour arrêter de se poser des questions existentielles, et qui au final, finit par compliquer la vie plus que le contraire, tout simplement, parce qu’une fois le prédateur à pris le contrôle de la religion, alors, celle ci va servir d’instrument, d’outil de soumission et donc, une manière d’exercer la prédation sur les membres de sa communauté. De fait, initialement prévu pour faciliter la vie, elle va finir par la rendre plus difficile pour ceux qui sont y soumis.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès