• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de cettegrenouilleci

sur L'incroyable violence de la macronie


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

cettegrenouilleci 1er août 2019 09:52

@Fifi Brind_acier

Bonjour Fifi.

Les prolétaires, ouvriers, techniciens, employés, agents des services publics... (une partie significative des gilets jaunes) se mobilisent sur leurs lieux de vie et de travail. Ils ne disposent pas des moyens de s’offrir une virée à Bruxelles. (ni à Londres)

Si toutes les forces vives du pays sont concernées au premier chef par les ravages causés à notre pays, à notre économie, à notre niveau de vie, à nos libertés, à nos droits sociaux, à nos services publics par notre soumission à l’UE, à l’euro et à l’Otan, ce sont essentiellement les prolétaires qui détiennent les clés du Brexit .

Ce sont eux qui y ont le plus grand intérêt, un intérêt vital. Ce sont eux qui assurent le fonctionnement des leviers de notre économie. Ce sont eux qui disposent des leviers aptes à damer le pion de l’oligarchie et à redonner à la France le contrôle de son destin (à condition, bien sûr, de construire l’alliance qui est nécessaire avec l’ensemble des forces vives du pays évoquées plus haut). L’UPR peut leur fournir des outils. Elle est là pour ça. Mais elle ne peut pas se substituer à eux.

C’est avec eux qu’il faut construire le rassemblement populaire majoritaire qui est nécessaire pour rétablir l’indépendance de la France , arrêter le démantèlement de notre économie, de nos services publics, de notre système de protection sociale.

Si certains « votent utile », beaucoup, lassés de se faire avoir par les partis de droite et de gauche, les verts, et les autres, ont choisi de ne plus voter. Il semble qu’ils soient les plus nombreux.

Le « frexit » (ça serait tout de même mieux de dire chaque fois, même si c’est plus long, la sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan), c’est une condition nécessaire et incontournable d’un retour au progrès économique et social, de la reconquête de nos libertés, y compris des libertés syndicales. Mais le frexit ne garantit aucunement la mise en oeuvre d’une telle politique. Il ne fait que la rendre possible.

Sans les prolétaires, sans les « abstentionistes », sans l’ingénierie des Gilets Jaunes et autres formes des actions qui seront déclenchées par le peuple de France pour faire entendre sa voix et ses revendications, rien n’est possible.

La construction d’un rassemblement populaire majoritaire n’est pas , d’abord, un enjeu électoral. L’élection ne fait que sanctionner (traduire) l’apparition d’un nouveau rapport de forces, d’une modification profonde de la situation concrète du pays, pas seulement de l’opinion publique (exemple : la grève massive du service des urgences dans les hôpitaux qui se poursuit depuis plusieurs mois et qui s’étend sans se laisser endormir par mensonges du gvt et de Macron).

La mobilisation du peuple pour changer radicalement la situation dépend aussi de la capacité des partis d’opposition (les vrais) à proposer un véritable programme de gouvernement qui prenne en compte les revendications légitimes des travailleurs et de la population, un programme de gouvernement qui sera d’autant plus le leur qu’ils auront été associés directement à son élaboration..

L’UPR dispose déjà , il est vrai, d’un programme de gouvernement crédible présentant de solides garanties. Mais il y a encore beaucoup à faire pour permettre à la population d’en prendre connaissance et de se l’approprier, et pour en améliorer le contenu, ce qui est, j’en conviens, l’affaire de l’UPR, mais aussi celle du peuple dans la diversité de ses composantes.

Dans le dernier entretien de François Asselineau avec les Gilets Jaunes de la Sarthe publié sur la chaîne youtube de l’UPR et sur upr.fr [https://www.youtube.com/user/UPRdiffusion?fbclid=IwAR084TOmfcSdeZlQak4GHSAQlWveDSId9c5vhjHhYJ9e27uJRhY7jR-n330], ces derniers proposent d’engager avec nous des discussions sur le contenu de la politique nouvelle qu’il convient de mettre au point, de populariser et d’appliquer pour débarrasser le pays de ses chaînes et permettre à chacun de nos concitoyens de mener une vie digne.

Engager de telles discussions avec les Gilets Jaunes et avec d’autres me paraît non seulement pertinent, mais nécessaire et urgent. Tous les aspects de la politique nouvelle qui devra être appliquée sont à discuter. Il ne doit pas y avoir de domaine réservé, y compris et surtout sur les questions les plus pointues comme par exemple celle des nationalisations ou de la politique monétaire, ou encore celle de la politique étrangère, du rôle et du fonctionnement de nos armées.

Il me paraît tout à fait erroné de considérer qu’une telle démarche ne fait pas partie des nécessités de l’heure au motif que sans sortie préalable de la France de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan, aucune amélioration sérieuse, solide, globale de la situation du pays et du sort de notre population, de celui notre économie et de nos libertés ne pourra intervenir véritablement et durablement.

Bonne journée .


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès