• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Je passais par là

sur L'imposture Asselineau


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Je passais par là 4 août 13:56

@samy Levrai
Voici donc votre seul argument : ma démonstration ne vaut rien car c’est Rouget de Lisle qui a écrit la Marseillaise.

Un petit rappel historique :

Dans cet état des choses, Strasbourg trouva un homme qui, s’il ne lui fut pas donné de rester jusqu’au bout maître de la situation, n’en joua pas moins un très grand rôle dans l’histoire de la Révolution en son pays. Il se nommait Frédéric de Dietrich. Il descendait de l’ancienne famille lorraine des Didier, qui, ayant embrassé le protestantisme, avait fui le pays après la Saint-Barthélémy, et était venue se fixer en Alsace vers la fin du XVIème siècle.

(...)

Rouget de Lisle fut introduit dans cette maison dès son arrivée à Strasbourg. Il y fut présenté, dit-on, par Kellermann. Ses talents reconnus de poète et de musicien lui faisaient une situation privilégiée dans le corps des officiers : nous allons le voir, pendant toute la durée de son séjour à Strasbourg, grâce à l’accueil qu’il recevait chez le maire, vivre familièrement, lui simple capitaine, avec tout ce que la garnison possédait de plus hauts gradés, intime avec Victor de Broglie, chef d’état-major général, avec les généraux d’Aiguillon et Achille du Chastellet, s’attachant à leurs intérêts, se mêlant à leurs intrigues.

(...)

Deux autres officiers généraux fréquentaient la même société : le duc Armand d’Aiguillon et Achille du Chastellet. Le premier, fils du célèbre duc d’Aiguillon, était un type accompli du seigneur philosophe des derniers temps de la royauté. C’est lui qui, après le serment du Jeu-de-Paume, prit l’initiative de la réunion de la noblesse avec le tiers-état, et qui, dans la nuit du 4 août, proposa l’abolition des privilèges et des droits féodaux. Il vint ensuite à l’armée du Rhin, et fut nommé maréchal de camp en 1792. Pour Achille du Chastellet (ou Duchâtelet), également maréchal de camp (était-il fils de la célèbre marquise philosophe du Chatelet, l’amie de Voltaire ? C’est ce que les historiens les mieux informés n’élucident pas), il avait professé dès longtemps des sentiments libéraux et civiques qui lui avaient valu une popularité générale. Blessé au début de la guerre, il consola les soldats qui le relevaient en disant que « cela ne devait pas les empêcher de chanter le Ça ira ! » Et comme, par une faveur spéciale, le roi lui avait fait envoyer une litière, il refusa fièrement, répondant « qu’il accepterait tout de Sa Majesté plutôt qu’un bienfait ».

http://aufildesmotsetdelhistoire.unblog.fr/2010/02/14/ainsi-naquit-la-marseillaise/

Achille François de Lascaris d’Urfé, marquis du Chastellet dit « Du Châtelet » était très lié avec Condorcet. Marie-Jean-Antoine-Nicolas Caritat, marquis de Condorcet, était alors le plus prestigieux des philosophes vivants. Ami de D’Alembert, disciple de Voltaire, Condorcet avait été un collaborateur du supplément de l’Encyclopédie.

https://www.persee.fr/docAsPDF/dhs_0070-6760_2004_num_36_1_2597.pdf

Les idées des Lumières étaient largement partagées dans le salon de Frédéric de Dietrich, ce soir du 25 avril 1790 où on confia le soin à Rouget de Lisle de composer ce qui allait devenir La Marseillaise.

Treize ans après sa mort (et deux ans après la Révolution française), le cercueil de l’écrivain et philosophe français, Voltaire, est conduit au Panthéon.

Une immense foule accompagnera le convoi funèbre tiré par douze chevaux blancs. Les membres de l’Assemblée nationale et les magistrats de Paris suivront également le cercueil, le clergé, lui, ne participera pas à la cérémonie…

Après Mirabeau, Voltaire est le deuxième « panthéonisé ». Mais le corps Mirabeau ayant été retiré du monument (suites à la découverte de sa collaboration avec le roi Louis XVI), Voltaire devient alors le plus ancien hôte du Panthéon.

http://www.1-jour.fr/11-juillet-1791-voltaire-entre-au-pantheon/

Le 14 juillet 1795 fut publié un décret portant « que les airs et chants civiques qui ont contribué au succès de la révolution seront exécutés par les corps de musique des gardes nationales et des troupes de ligne ». Voici ce qu’il stipule :

La Convention nationale, voulant au retour de la première époque de la liberté française entretenir l’énergie des républicains, en proclamant solennellement des principes sacrés qui ont renversé la Bastille le 14 juillet et la royauté le 10 août, décrète ce qui suit :

Article premier. L’hymne patriotique intitulé Hymne des Marseillais, composé par le citoyen Rouget de Lisle, et le Chœur de la Liberté, paroles de Voltaire, musique de Gossec, exécutés aujourd’hui, anniversaire du 14 juillet, dans la salle des séances, seront insérés en entier au Bulletin.

Article 2. Les airs et chants civiques qui ont contribué au succès de la Révolution seront exécutés par les corps de musique des gardes nationales et des troupes de ligne.

Le Comité militaire est chargé de les faire exécuter chaque jour à la garde montante du Palais national.

http://www2.assemblee-nationale.fr/decouvrir-l-assemblee/histoire/dossier-historique-la-marseillaise/decret-du-26-messidor-an-iii-14-juillet-1795

Ca ne vous suffit toujours pas ? Alors je continue.

1792 :

la massue révolutionnaire est prête à écraser tous les monstres à diadême, et l’arbre ausguste de la liberté ne pourra fleurir que lorsque leur sang impur en aura humecté et fortifié les racines.

https://books.google.fr/books?id=jWF9QA-A7mUC&pg=RA1-PA29&dq=sang+impur&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiyvuOu—bKAhVDQhQKHYxzAz84FBDoAQg5MAU#v=onepage&q=sang%20impur&f=false

Voici l’Hymne pour la Fédération du 14 juillet 1791 :

Que vois-je ? O pompe attendrissante !
O spectacle auguste et touchant !
Quelle Divinité puissante
a de l’Orient au Couchant
rassemblé cette foule immense
de citoyens de tous les rangs ?
Est-ce la haine, la vengeance,
& le supplice des tyrans ?..

Non, rien n’annonce ici la haine,
l’amour embrâse tous les coeurs,
& libres aujourd’hui nous n’avons d’autre chaîne,
que ce doux sentiment qui nous rendit vainqueurs,
Le Champ-de-Mars est celui de la gloire,
quand tout le peuple libre y vient jurer la paix ;
à la fraternité nous devons la victoire,
& l’égalité sule ennoblit de Français.

Triomphe, Victoire,
Amour, Liberté,
Egalité, Gloire,
Honneur et fierté !

Assez longtemps les horreurs d’une guerre,
que nous livraient des frères ennemis,
d’un sang impur ont abreuvé la terre,

& et de férocité saturé nos esprits.

https://books.google.fr/books?id=iEIGAAAAQAAJ&pg=PA146&dq=sang+impur&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiyvuOu—bKAhVDQhQKHYxzAz84FBDoAQgsMAM#v=onepage&q=sang%20impur&f=false

20 mars 1792 :

Ne résistez point à notre brûlante impatience : au bout de nos bayonnettes est le salut de la patrie. Le sang impur des prêtres et des émigrés versé à grands flots, fécondera la terre de la liberté, et en fera sortir de numéraire enfoui par la crainte.

https://books.google.fr/books?id=iMtFAAAAcAAJ&pg=PA35&dq=sang+impur&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiyvuOu—bKAhVDQhQKHYxzAz84FBDoAQgbMAA#v=onepage&q=sang%20impur&f=false

J’ai encore bien d’autres preuves. Et vous ?


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès