• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Elliot

sur « Grand Remplacement » : pourquoi Renaud Camus n'est pas responsable de l'attentat d'El Paso


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Elliot Elliot 8 août 17:27

Déjà l’auteur commet un raccourci qui en dit long sur ses motivations à moins qu’il ne sache pas écrire le français, ce que rien dans son texte ne laisse présager.

Au contraire, c’est donc un expert en manipulation qui nous fait passer ses idées rances sous couvert d’un plaidoyer qui n’a aucune raison d’être.

Personne n’a attribué la paternité de cet acte fou à Renaud Camus.

Il n’y a qu’un responsable, le tireur et peut-être l’enquête révélera-t-elle des complicités, ce dont je doute car en général ce type de personnage agit en loup solitaire.

Il est vrai que Renaud Camus a popularisé le concept de grand remplacement mais il n’a rien inventé, l’histoire est remplie de ces théories idiotes qui ont débouché quand elles étaient appliquées ( surtout par des autorités supposées légales ) sur des massacres sans commune mesure avec El Paso.

Il importe peu d’ailleurs de savoir si ce concept est issu de sa paranoïa donc ressortit à la maladie mentale ou s’il est simplement un attrape-gogo forgé pour séduire les bas du front auquel cas Renaud Camus poursuit un objectif politique et le mène en trafiquant les données et en instrumentalisant voire en créant artificiellement des peurs ( auxquelles d’autres débiles appelés islamistes s’acharnent chez nous à donner corps ) 

Il semblerait d’après les informations diffusées que le tueur d’El Paso partageait de telles obsessions qui ont armé son bras meurtrier.
Là se situe le seul rapport entre Renaud Camus ( ils pensent à peu près la même chose comme des millions de personnes sans doute ) que vraisemblablement ce fou furieux ne connaissait pas et les tragiques incidents qui ont émaillé l’actualité que ce soit aux USA ou en Nouvelle Zélande ou encore avec le calamiteux Anders Breivik en Norvège n’ont rien a voir avec un quelconque inspirateur.

Les auteurs ont tous poussé leur obsession identitaire au crime, c’est leur seul point commun et cela n’a rien à voir avec Renaud Camus.

Je ne crois pas que les mots tuent mais bien les armes surtout quand elles tombent entre des mains de malades mentaux.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès