• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de oncle archibald

sur L'effet brochette ou la gauche carbonisée (Un GJ se balade chez LFI-Ensemble)


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

oncle archibald 9 septembre 18:25

Le CV de l’auteur de ce billet précise : « Années 70/80. Paris. Accueil des réfugiés politiques des régimes fascistes, notamment espagnols du temps de Franco » ..

Je sursaute ! Les réfugiés espagnols du temps de Franco ça n’est pas dans les années 70/80 qu’ils sont arrivés en France ! C’est entre 1936 et 1939 !

Ceci dit j’ai bien aimé la description de la grand messe LFI qui sent le vécu et aussi celle de l’ambiance des ronds points quand ils ne sont pas phagocytés par des gens qui ont bien d’autres ambitions que celle de refaire le monde.

J’ai assisté personnellement à une seule réunion publique politique dans toute ma vie. C’était en 1968 à Lézignan Corbières. André Castéra un viticulteur militant au sein de la Confédération Générale des Vignerons du Midi luttait contre les importations frauduleuses de vins italiens et avait pris la tête de cette deuxième révolte d’envergure des vignerons du midi.

Il fut acclamé comme un héros par des milliers les vignerons tant qu’il n’a pas eu la « mauvaise idée » de se présenter aux élections législatives de1968. Ce faisant il entrait en concurrence directe avec Francis Vals député PS sortant et maire de Narbonne (Francis, pas Manuel, ne pas confondre). De ce jour il ne valut plus rien, y compris aux yeux de la plupart de ceux qui l’acclamaient la veille !

Pourtant j’avais adoré ses propos quand il haranguait la foule debout sur une estrade composée de planches posées sur des tonneaux au fond du garage de l’hôtel Terminus face à la gare. Ses contradicteurs qui comme il sied dans l’Aude depuis la « vraie » révolte des vignerons, celle de 1907, votaient systématiquement depuis un siècle pour le candidat socialiste, quel qu’il soit. Et donc interpellé sur ce qu’il ferait à Paris s’il était élu ce brave Castéra répondit tout benoitement qu’il leur parlerait du vin, et qu’il serait « moins ridicule que Vals quand il parle de la bombe atomique, parce qu’il n’y connait rien » !

Hélas, malgré ces propos de bon sens incontournable, André Castéra prit une casquette monumentale et Vals fut réélu « fingers in the nose » à la plus grande satisfaction d’une armée de demeurés mentaux.

Dans l’Aude à cette époque là, un singe habillé en rose faisait l’affaire pour à peu près n’importe quelle élection ..... jusqu’à ces jours maudits qui virent trois députés LREM rafler 100 % de la mise ! C’est vous dire à quel point les Audois sont exaspérés, voire désespérés, par la politique !


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès