• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de San Jose

sur La pilule amère du nucléaire


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

San Jose 11 septembre 00:02

@alinea
.
« L’effet climatique attribué au CO² aide à vendre le nucléaire, donc je ne crois pas à cet effet climatique ».
.
C’est léger comme raisonnement.
.
Ce n’est pas parce que l’effet climatique attribué au CO² peut me servir d’argument pronucléaire que je me rallie au réchauffement par le CO² ; je ne vois là seulement qu’un bonus. Essayez de n’y voir qu’un malus. 
.
Je crois à l’effet climatique du CO² parce que je n’ai pas de connaissances suffisantes pour le réfuter, si bien qu’à moins d’être caractériel mon attitude la plus raisonnable à adopter est d’admettre l’opinion la plus probable, pour parler comme au temps de Pascal. Et faute que je puisse juger par moi-même le fond de la question, l’opinion la plus probable ne peut être que celle exprimée par le consensus que j’observe dans le monde scientifique. Je tends ensuite à en déduire que les scientifiques d’avis contraire s’illusionnent. 
.
Il n’empêche que cela m’ennuie beaucoup et que je vous ferais bien cadeau du nucléaire pour qu’on n’ait aucun motif à empoisonner le reste de mes jours avec les conséquences pratiques et marchandes de la mise en accusation du CO² (1) 
.
Cela m’ennuie beaucoup, mais ma contrariété ne saurait, tant que je ne serai pas trop stupide, suffire à déterminer mes idées scientifiques.
.
J’en viens maintenant à la question d’affirmer que quatre molécules dans l’air sur dix mille ne peuvent avoir d’effet. 
Il est établi qu’avec zéro ppm de CO² la température moyenne sur Terre serait plus basse de plusieurs dizaines de degrés. Je ne vois ainsi a priori pas de quoi m’étonner beaucoup de l’effet attribué à l’accroissement du CO² aérien. 
.
Si cela vous choque que si peu fasse tant... il n’y a pas de quoi. Lorsqu’un photon infrarouge émis par le sol n’est pas intercepté par une molécule d’azote ou d’oxygène mais l’est par une molécule de CO², il en rencontrera aisément une dans sa ligne de visée longue de plusieurs kilomètres d’épaisseur de l’atmosphère. Ceci est extrêmement schématique, mais pensez aux troncs d’arbustes qui en n’occupant au sol que le centième de la surface masquent entièrement la vue lorsque le bois est suffisamment profond. Ou encore aux coquelicots très dispersés dans un champ de blé (d’autrefois), à peine visibles quand on est dedans, mais qui de loin le font apparaître comme une surface rouge en regard rasant. Désolé pour le simplisme des comparaisons. 
.
(1) En fait la raison première de mes commentaires sur le nucléaire est que j’ai honte pour la raison que des charlatans faisant démonstration de leur ignardise cherchent non sans quelque succès à combattre le nucléaire au nom de crétineries à peine imaginables, quand ce n’est pas par des mensonges bien nets (que vous n’êtes quant à vous pas plus armée pour voir que moi pour contredire le modèle réchauffiste). 


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès