• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de moderatus

sur Quand va-t-on se décider enfin à reconquérir ces territoires perdus de la république ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

moderatus moderatus 20 septembre 2019 22:08

@oncle archibald
Vous qui savez tout, ils ont fait comment à New-York ? Pour faire tomber les statistiques de la délinquance ils ont changé le programme de leurs ordinateurs ?

========================================================== Je ne je je nesais pas tout , mais je me renseigne.

La tolérance Zero est la repression dès la première viyttre cassée, rien ne reste impuni
je vous livre quelques infos récupérées sur ’’le monde’’


Mais ce sont deux universitaires américains, James Q. Wilson et Georges L. Kelling, qui, dès 1982, jettent les bases de la doctrine. C’est la théorie de"la vitre brisée" selon laquelle si la vitre d’un bâtiment est brisée et n’est pas remplacée rapidement, les autres vitres seront brisées à leur tour. Autrement dit, l’espace public doit être occupé par la police sans quoi le désordre mineur entraînera le crime majeur et avec lui, le sentiment d’insécurité.

Cette idée, qui dans son application passe par une augmentation du nombre de policiers présents sur le terrain, est ensuite récupérée par les conservateurs américains. Rudolph Giuliani, élu maire de New York en 1994, est le premier à l’appliquer pour servir sa politique sécuritaire. Il s’agit de répondre aux incivilités quotidiennes (mendicité, prostitution, vol, alcoolisme...) pour rassurer la population, mais aussi d’améliorer l’efficacité du système pénal pour réduire le sentiment d’impunité. Très vite, sous la houlette du chef de la police William Bratton, les chiffres de la délinquance baissent : en six ans, selon les chiffres fournis par la ville de New York, le nombre de meurtre a chuté de 65 %. New York devient une vitrine du concept de tolérance zéro, dès lors prêt à l’exportation.



Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès