• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de p.castor

sur Budget 2020 : y'en aura pas pour tout le monde


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

p.castor p.castor 8 octobre 13:38

Globalement en phase avec votre analyse , notamment sur la « philosophie » qui anime l’action du gouvernement

Par contre , je ne partage pas votre approche de la dette publique qui fait partie de l’intox néo libérale habituelle.

Tout d’abord , je voudrais rappeler que les grandes crises financières, 1929, 2008... ( puis économiques) sont dues à un excès de mauvais endettement privé ( les subprimes par ex,) la dette publique , via les amortisseurs sociaux , en atténuant les effets.

La dette ( le terme est connoté péjorativement, die schuld en allemand, pays de la phobie de la dette publique, qui veut aussi dire culpabilité) est constituée de titres divers à échéances et à taux également divers. Quand un emprunt vient à maturité,le Trésor , qui gère la dette, emprunte pour le rembourser : on fait rouler la dette. En clair , elle ne sera jamais remboursée, on ne paye que les intérêts, la seule chose qui figure au budget de l’Etat. Or cette charge de la dette est en BAISSE constante depuis 2011 et ça va continuer. Elle tourne actuellement autour de 40 milliards d’Euros, soit moins que les aides directes aux entreprises !

En outre , la BCE, via le quantitative easing, rachète de la dette publique. En réalité , c’est la banque de France , via l’euro système qui le fait, et même si ce rachat de dettes est toujours porteur d’intérêts , le Banque de France reverse une grande partie de ses bénéfices à l’Etat français.

Tout ça pour dire qu’on peut très bien profiter de la conjoncture actuelle pour emprunter et investir massivement dans les équipements publics et la transition écologique. On peut aussi ( mais là je rêve) demander à l’UE de prendre le relais tant en termes d’emprunt que d’investissement.

En fin s’il faut régler le problème de la dette, on peut très bien transformer celle rachetée par la BCE en obligations perpétuelles non porteuses d’intérêts, solution préconisée un temps par France Stratégie et qui a conduit au limogeage de son directeur.

Bien à vous et merci pour vos interventions.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès