• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Attila

sur Michel Onfray : « Il y a de quoi s'inquiéter du retour du fascisme, mais c'est un fascisme de gauche »


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Attila Attila 6 novembre 20:10

@Lugsama
Un porte-avion ne s’achète pas sur catalogue.
Le gouvernement a une politique étrangère, une politique de défense et un budget.
L’Armée a une expertise sur les risques présents et futurs ainsi que sur les besoins en armement.
Ce sont des réunions de travail qui vont faire émerger les besoins en matière de porte-avion :
en fonction des risques, il va être défini les missions que devra effectuer le porte-avion.
les missions vont entraîner des besoins en armement : combien d’avions de quel types, combien d’hélicoptères, combien de missiles et de torpilles.
les armements vont conditionner la taille du bateau.
C’est après avoir défini tout cela que l’on peut estimer le coût d’un porte-avion.

.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès