• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Sirius

sur Les gilets jaunes


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Sirius Sirius 16 novembre 2019 20:52

Je poste un extrait d’un article en court de modération, cela va plus vite que taper un commentaire :

En ligne directe avec les petit-bourgeois, la classe moyens, les gilets jaunes, qui poussent des cris de frayeur avant leur disparition. Espérant accaparer tout ce qui n’est pas eux, écologie, précarité, véganisme, mais tout ce que l’autre a de plus vil, beauferie, racisme, antisémitisme, complotisme.


Gilets jaunes voyant par le fait accompli que la démocratie bourgeoise sait parfaitement s’accommoder de la répression et calibre parfaitement sa justice, au gré des urgences. La bande à Tarnac en sait quelque chose, les amis d’ultra-gauche qui savent pondre des livres, faire du spectacle de rue, mais dans l’incapacité totale à aligner trois mots sans bafouiller pour exprimer leurs idées, allez comprendre.


Le 15 novembre n’est pas Mai 68 qui a charrié des petits intellectuels étudiants, des maoïstes à la marge du maoïsme, des syndicats comme toujours vendus à leurs intérêts. Mais il y avait tout de même le prolétariat étudiant ou ouvrier dans la rue. Elle fut une demi-mesure de révolte quand on le regarde sous le prisme de l’histoire, en Allemagne, en Espagne ou en Italie. Une révolte fiscale ne sera jamais une révolte prolétaire, même s’ils espèrent nous vendre des salades d’eau tiède en forme de ric, en version nuit débout amélioré ; qui s’est sitôt transformé en cours des miracles, entre beauferie, merguez et alcool.


Mettez leur un chèque de 1000 euros par mois, le sourire haut les cœurs et y aurait plus personne avec un gilet. Et s’ils n’ont pas leur petit chèque les voilà de rejoindre les rangs de l’extrême droite en bons populistes qu’ils sont.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès