• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Claudec

sur « Richesse et compétitivité » versus « Pauvreté et restriction »


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Claudec Claudec 30 novembre 04:17

Pour les retraités comme pour les actifs :

1° – La répartition de la population est de nature incontournablement pyramidale. 

https://pyramidologiesociale.blogspot.com/

2° – La pauvreté à sa limite qui est le niveau zéro de la richesse, alors que l’enrichissement n’en a pas d’autre que l’ambition de ceux qui le convoitent et les ressources dont ils le tirent.

La solution est donc, pour ces retraités comme pour les actifs, dans l’isolement des plus démunis par rapport au niveau zéro de la richesse. Et la récupération des privilèges de nombre d’entre eux ne pourra que s’ajouter à des aides aussi vaines que divesifiées et éparses, pour constituer le fonds de véritable “assurance contre la pauvreté profonde”. Lire ici-même à ce sujet https://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=216648

Pour le reste, notre histoire sociale n’est rien d’autre que celle de la relation économie-démographie. Et c’est par ignorance, voire négation de cette relation fondamentale ainsi que de son évolution, que nous nous interdisons :

— de garantir à tous les êtres humains (retraités compris) des conditions d’existence pouvant être considérées comme décentes

— d’éradiquer la pauvreté profonde

— ne nous réconcilier avec notre environnement.

Richesse et pauvreté en tout, existent l’une par l’autre et sont relatives, comme elles l’ont toujours été. Par ailleurs, où que ce soit et sous tous les régimes politiques, un pauvre ne peut enfanter que des pauvres, comme un riche ne peut donner naissance qu’à des riches (retraités compris)

 ; quels que soient les aléas heureux ou malheureux de l’existence de chacun par la suite, tels que les déterminent ses talents, ses ambitions, sa volonté, ses efforts, sa chance ... et les circonstances.

Les hasards de sa naissance insèrent chacun dans la pyramide sociale selon ses antécédents génétiques, sociaux et culturels, situation que la lutte des classes n’a jamais ni nulle part changé d’un iota (retraités compris)

, avec ou sans suppression de la propriété et de l’héritage – l’une de ses mesures emblématiques. De telles dispositions ne faisant qu’accroître la richesse collective autrement que par les voies habituelles que sont la confiscation pure et simple ou l’impôt, sans modifier le caractère incontournablement pyramidal de la richesse comme de la société, qui refusent toute forme d’égalité (retraités compris).


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès