• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de popov

sur Habemus Antipapam - le sédévacantisme avéré


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

popov 3 décembre 04:31

@Pierre Mellifont

Bonjour

Même si le dernier concile a été un tournant, le paradoxe de l’église a ses sources qui remontent beaucoup plus loin. Depuis que le christianisme est devenu la religion officielle de l’empire romain, l’église catholique s’est fait la pute de tous les potentats européens. C’est ce qui lui a permis de survivre en tant qu’institution et de propager le message évangélique à travers ses universités, ses écoles, ses églises, ses hôpitaux. Un message évangélique propagé par des prélats en robes brodées d’or et qui ne semblent pas souvent adhérer au message qu’ils propagent. Cela peut paraître paradoxal, mais ainsi va le monde.

Que des franc-maçons ou des juifs s’infiltrent dans une telle église, c’est de bonne guerre et c’est la conséquence de la collusion entre l’église et le pouvoir temporel. Le cardinal Lustiger, lui-même un juif converti, disait avec beaucoup d’humour : un juif converti, ça fait peut-être un catholique en plus, mais ça ne fait pas un juif en moins.

Je comprends que l’article était déjà assez long, mais une comparaison avec l’église orthodoxe de Russie aurait pu être éclairante. Ce n’est pas demain que l’on entendra du rap dans les églises orthodoxes russes. Pour les nostalgiques de la splendeur du chant grégorien voici quelques exemples de chant liturgiques russe :

ici et ici.

Commentaire d’un athée conscient de son héritage.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès