• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Séraphin Lampion

sur S'il y a une vie après la mort, la physique en donne « une » explication


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Séraphin Lampion Séraphin Lampion 3 décembre 2019 15:00

@Laconique

Saint Thomas d’Aquin a sans doute récupéré les conceptions aristotéliciennes de l’âme en les incorporant à la théologie chrétienne, mais elles sont bien présentes dans tous les esprits des simples paroissiens, et c’est ça qui compte, pas les théologiens.

Dans la Bible hébraïque « Nephesh » se trduit par « âme ». L’équivalent en grec est « Psyché » qui peut aussi être traduit par « être vivant », « souffle ». Les autres « vies animales » (traduction approximative de nefesh ’hayim) que l’homme sont également pourvues d’un « nefesh ».

La Bible mentionne à propos de la création de l’homme la « neshama » (souffle de vie ») que Dieu lui a insufflée dans ses narines, faisant de lui un être vivant. (Gn 2,7.). Dans le texte biblique, l’homme ne possède pas une âme, il est une âme. À sa mort, l’homme retourne au Shéol, le néant, jusqu’à la résurrection. Mais la mystique juive considère que l’homme possède, en plus du corps physique, plusieurs âmes. Pour les kabbalistes, « Les cinq noms de l’âme, sont, dans un ordre ascendant : la nêfesh (esprit), le ru’ah (souffle, anima), la neshamah (âme, spiritus), la hayyah (vie), et la yehidah (union) ». L’acronyme des initiales de chacun de ces termes donne le mot naran-hai, NaRaN-HAI.

Pour les chrétiens, l’âme est un principe de vie, distinct du corps, établi doctrinalement par le pape Zosime en 418. Elle est marquée par le péché originel, mais ce péché peut être racheté de deux façons : d’une manière collective via la Passion et la Résurrection du Christ ; et d’une manière individuelle par le baptême. Tout comme dans la religion juive, l’individu jouit d’un libre arbitre.

Pour l’église catholique enseigne, chaque âme spirituelle est immédiatement créée par Dieu et elle est immortelle : elle ne périt pas lors de sa séparation du corps dans la mort, et elle s’unira de nouveau au même corps lors de la résurrection finale. Pour les catholiques, l’âme est immortelle et le jugement après la mort fait en sorte qu’elle va au ciel, au purgatoire ou en enfer en attendant le Jour du jugement, principalement en fonction du péché originel et des autres péchés mortels qu’ils ont commis pendant leur vie. Le dogme dit que Jésus va revenir sur la terre et que les corps de tous les humains seront ressuscités et jugés pour une vie éternelle avec son corps.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès