• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de Étirév

sur Il n'y a pas de féministes


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Étirév 6 mars 15:19

« Ce qui s’appelle le féminisme, il faut le dire, est un suprématisme. »
Un suprématisme, non ; Une suprématie, oui, morale et spirituelle.
Aussi, et généralement, on n’aime pas à reconnaître que si musculairement l’homme est le plus fort, moralement la femme est plus forte que l’homme.
Rappelons aux ignorants, souvent orgueilleux et mysogynes, que deux morales ont régné sur la terre : l’une faite par la femme, au début de l’évolution humaine, bien loin dans le passé, l’autre faite par l’homme, plus tard. Car, tour à tour, la femme et l’homme ont dominé.
Quand c’est la femme qui domine et fixe la loi morale, cette loi est empreinte d’une haute justice, d’une suprême élévation d’idées, elle est dégagée de tout intérêt personnel.
On dirait que la femme n’est pas humaine.
Sa suprême justice met en haut ce qui est bien, en bas ce qui est mal. Elle plane au-dessus des mesquines préoccupations de la vie de l’homme, elle les dédaigne et méprise ceux qui s’y arrêtent.
La femme crée une aristocratie du bien.
Dans la morale des femmes c’est le bien qui se fait craindre.
La femme s’impose par le bien.
Quand c’est l’homme qui domine et veut « moraliser », lui qui doute et qui ignore, qui se sait faible d’esprit et qui souffre de la puissance féminine, qu’elle est la base de la morale ? Sur quoi fonde-t-il ses jugements ?
Il regarde avec méfiance les vertus de la femme.
Il a du scepticisme et de la défiance, il ne veut pas accepter la vérité, parce qu’elle impose des lois qui le gênent. Il se méfie de tout ce que la femme glorifie, de tout ce qu’elle déclare bon, comme de tout ce qu’elle déclare vrai. Il ne veut même pas croire au bonheur qu’elle lui promet, il combat son propre intérêt, tant il se méfie de la supériorité qui travaille pour lui.
Ce qu’il cherche c’est le petit intérêt immédiat : la main qui donne ; c’est le plaisir sexuel : le cœur qui aime. Mais avant tout il veut la soumission à sa volonté, l’application des autres à le servir, leur patience à le supporter, leurs prévenances et leurs flatteries.
C’est cela que l’homme met dans sa morale, il la fait de manière à favoriser ses instincts, et, pour y arriver, il veut se faire craindre ; il terrorise ceux qui le discutent, il rejette, avec son caractère terrible, le mépris que les bons (et les femmes) lui prodiguent.
Pour l’homme la morale est un code de prescriptions dictées par l’utilité ou la nécessité et consacré par le consentement général des masses masculines.
Le contraste de la morale de l’homme avec la morale de la femme est frappant.
La morale féminine fait monter. Elle fait triompher l’homme-raison, elle intensifie sa vie.
La morale masculine fait descendre.
Celle de la femme est basée sur l’autorité morale : s’affranchir de cette autorité, c’est être libertin, celle de l’homme est basée sur l’autorité brutale : s’affranchir de cette autorité, c’est être libertaire.
Rappelons que la pierre fondamentale de l’ordre social dans la primitive humanité c’est la division en castes.
La première origine des castes se trouve dans la primitive religion naturelle. Religion signifie relier, pour se relier, il faut observer les rapports mutuels des êtres différents : masculin et féminin ; violer cette loi en nivelant les sexes que la nature a faits dissemblables, c’est créer le désordre.
La première caste était celle des Dêvas. C’est pour cela que l’on disait : les dêvas et les hommes, ce qui plus tard est devenu les dieux et les hommes. Toute femme participait à cette caste, parce qu’elle représentait le privilège de la nature féminine, et non des facultés spéciales. Cependant, au sommet de la caste divine étaient les grandes Déesses, puis les Prêtresses qui dirigeaient la vie morale, qui instruisaient les enfants, qui étaient les éducatrices, celles qui dirigent et éclairent la vie humaine.
Dans le règne primitif, toutes les grandes dignités de l’Etat, les fonctions de juge, de médecin, étaient exclusivement réservées à la caste sacerdotale. Les hommes ne pouvaient pas y prétendre, ils étaient soumis au pouvoir des femmes appelées « des sages » (« Saga », « Soffet »), qui leur faisaient faire un service régulier, un travail dont l’organisation avait été savamment établie.
C’est après la séparation des sexes que les hommes sont divisés en trois catégories, qui représentent les degrés de l’initiation dans les anciens Mystères.
« Le système des castes dura sans s’altérer pendant l’immense période de 50 siècles », dit Marius Fontane.
René Guénon dans « Autorité Spirituelle et Pouvoir Temporel » rappelle que « Le principe de l’institution des castes, si complètement incompris des Occidentaux, n’est pas autre chose que la différence de nature qui existe entre les individus humains, et qui établit parmi eux une hiérarchie dont la méconnaissance ne peut amener que le désordre et la confusion. C’est précisément cette méconnaissance qui est impliquée dans la théorie « égalitaire » si chère au monde moderne, théorie qui est contraire à tous les faits les mieux établis, et qui est même démentie par la simple observation courante, puisque l’égalité n’existe nulle part en réalité »
Cette division si naturelle de l’humanité suivant les facultés de chacun avait donné tant de force à la primitive organisation sociale, qu’elle fut la base réelle du bonheur de tous, résumé dans ce beau titre : « l’âge d’or », et de la grande civilisation qui dura si longtemps et qui fut le fonds dans lequel toutes les nations ont puisé.
C’est la prétention à l’égalité qui germe dans le Cœur des envieux, des niveleurs, qui causa tous les désordres dont l’humanité eut à souffrir dans les temps d’erreurs et de despotisme.
Ce n’est que peu à peu que les hommes ont envahi le domaine des femmes et les en ont chassées. Mais, une fois établis, en conquérants, sur ce terrain, ils s’y sont maintenus par la force et par la ruse. La femme a été déchue de ses droits.
C’est la force brutale qui a, depuis, assuré, à l’homme, une position à laquelle il n’avait pas de droits naturels. En agissant ainsi, il violait les lois psychiques et les lois morales, qui en sont la conséquence, il violait le droit.
Mais comme tous les hommes ne sont pas aussi avancés dans l’évolution du mal, comme l’héritage naturel que chacun apporte en naissant lui remet dans l’esprit un germe de vérité, il s’est trouvé, dans tous les temps, des hommes meilleurs que les autres qui ont eu une sorte de honte de cette injustice, qui l’ont comprise, et même, qui ont protesté, quoique cette injustice était établie à leur profit. Tout ce qui restait de droiture, de logique, dans leur esprit, clamait contre cette façon de renverser les choses, leur conscience se révoltait à l’idée d’écraser, dans la femme, ce qu’il y avait de meilleur en eux. Ce sont ces hommes-là qui élevaient la voix pour défendre le droit des femmes. Mais, jetant les yeux autour d’eux et ne rencontrant, partout, que des femmes privées de toute culture sérieuse, on comprend qu’ils n’aient pas encore reconnu, dans la femme, la Prêtresse et l’Éducatrice de l’avenir. Ils ont demandé, seulement, que la femme soit considérée comme l’égale de l’homme.

LIEN


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès