• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de REMY Ronald

sur Russie-OTAN : 14 ans après le discours de Poutine au Bundestag


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

REMY Ronald REMY Ronald 8 mars 12:56

Bonjour.

Vous écrivez :

"Poutine avait dénoncé dans son discours, l’élargissement continu de l’Alliance atlantique aux anciens membres du Pacte de Varsovie, disparu depuis 1991, ainsi qu’aux pays qui étaient naguère intégrés dans l’ex-Union soviétique – donc aux frontières de la Fédération de Russie".

Vous touchez du doigt la raison très précise pour laquelle les ex-membres de l’URSS ont décidé, tout seuls, sans invasion des USA ou de la France, de quitter l’URSS.

1) ils n’étaient pas intégrés aux frontières de la fédération de Russie.

2) Ils ne voulaient pas être intégrés aux frontières de la fédération de Russie.

3) Ils ne voulaient pas devenir russes.

4) Ils ne voulaient pas demeurer des colonies russes.

5) Ils ne voulaient plus subir l’oppression russe.

Fini l’occupation. Fini les déportations. Fini les exécutions. Fini les famines. Et surtout...

...Fini le déni répétitif de l’oligarchie moscovite et des intellectuels d’extrême gauche du Monde entier.

.

Ils voulaient vivre libres, tout simplement.

Il veulent assurer cette liberté.

D’où leur orientation aveugle et têtue vers l’OTAN sans la moindre hésitation.

(aveugle car les USA peuvent très bien les abandonner du jour au lendemain comme ils l’ont déjà fait sur d’autres continent).

.

Conclusion :

La paix se construit avec patience et écoute respective.

Poutine demande d’être écouté par les USA.

Mais quand écoutera t’il sincèrement les européens russophobes« (définition : qui ont peur de la Russie).

Le jour où l’écoute sera mutuelle, véritable, sincère, une Europe protectrice des Nations se construira de Lisbonne à Vladivostock. Le jour où la véritable écoute sera institutionnalisée (le contraire du dialogue de sourd bureaucratique qui a abouti au »Brexit"), cette Europe des Nations sera à géométrie variable, à la fois souple et efficace (au lieu d’être souvent complexe, lente et inefficace comme aujourd’hui avec l’étouffante nécessité d’unanimité). Via référendums nationaux successifs, elle sera à la carte, avec de multiples agences fédérales européennes que les Etats pourront rejoindre ou quitter puis rejoindre à nouveau sans les lamentables processus type « Brexit ».

.

A quand un vrai débat national et européen à ce sujet ?

(l’élection présidentielle est un excellent moment pour le faire)

.

NB/ Un véritable débat de fond, y compris avec les russes et clairement...

... sans les USA.


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès