• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile


Commentaire de uleskiserge

sur Francis Cousin ou la disparition d'une grande partie du réel... présent et à venir...


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

uleskiserge uleskiserge 9 avril 12:01

@alinea

Vous êtes manifestement incapable de détecter chez Cousin un être profondément indifférent, totalement dédié à l’écoute de son propre bruit., à l’égo sur-dimentionné (orgueil et vanité), au mépris certain pour ses contemporains quels qu’ils soient (jeunes désoeuvrés et égarés, ouvriers grévistes, universitaires, journalistes, essayistes)…

 

Notez qu’il ne nomme aucun intellectuel vivant quel que soit sa nationalité — attitude typique de gourou : « Moi seul déteint la vérité de la vérité ! N’écoute que moi ! Et en attendant, ferme ta gu…. ! ».

 

A votre place, je lui demanderais des comptes sur le fait que « votre » Cousin (son enseignement) a été incapable de faire de vous un « disciple » critique de sa logorrhée.

 

Encore une fois, on juge un arbre à ses fruits : commenté par personne, Cousin n’est entouré que de groupies.

 

Ce qui est désolant, c’est que les acteurs de la ré-information, de la contre-information, n’aient été capables, dans une vaste majorité des cas depuis ces 15 dernières années, d’accoucher que d’individus auxquels on n’a enlevé ( pour peu qu’ils en aient été un jour équipés) tout sens critique pour indispensable en toute situation...

 

Critique de LA CRITIQUE donc à l’endroit de ceux qui, absents des médias main-stream, ont réussi à se faire entendre grâce au WEB. 

 

Désolant aussi, que ces acteurs n’aient pas cherché à encourager cette critique d’autant plus qu’ils ont la fâcheuse tendance d’être incapables de la moindre auto-critique.

Car dans les faits, le discours de Cousin (discours entièrement refermé sur lui-même, discours incantatoire, discours aux multiples entrées mais pas de sorties, jamais… ! d’où son caractère intimidant et anesthésiant… pour les novices), son attitude, sont totalement démobilisateurs ; doublement même : perte de tout esprit critique chez les auditeurs ; dévalorisation de tout engagement et de l’action dans l’engagement (rien ne sert à rien puisque tout contribue à valider les forces au service du « fétichisme de la marchandise ».

C’est un discours de la résignation car dans les faits, et parce que tout se résume au matériel ( le confort, le standing, le cash) Cousin n’a matériellement et existentiellement besoin de rien : il est comblé.

 

Son discours est totalement fermé sur lui-même et démobilisateur. Ne pas voir ça, c’est être aveugle. 


Voir ce commentaire dans son contexte





Palmarès